Étapes-clés et remises en question

Les remises en question se font souvent comme un continuum, progressivement et sans mouvement brusque. Mais elles arrivent aussi lorsqu’un évènement bien particulier vient bousculer la vie et marque une étape précise et indélébile, d’une trop longue durée qui se compte en mois.

 

Un évènement-clé parmi d’autres

 

En ce qui me concerne, et alors que jusqu’aujourd’hui et mes 71 ans ma santé avait été sans heurts, ce sont des problèmes de santé survenus en même temps et assez graves qui m’ont cloué dans un lit d’hôpital près de cinq longs mois qui m’ont déclenché des interrogations radicales nouvelles.

Une telle mésaventure vous laisse sans contrôle, infantilisé, dans les mains des différents métiers de serviteurs de la santé : infirmières, préposés, médecins, chirurgiens. Chacun faisant passer ses diktats, sans qu’ils ne soient imposés par autre chose qu’un désir d’aider à la guérison du patient. C’est une orgie de médicaments, de pilules, de potions à avaler, d’injections diverses, de mesures vitales, de scans, de tests nouveaux, de rayons X, d’échographies, de transferts de sa couche habituelle à des lits de transport et finalement à des lits d’examen, avec retour dans l’autre sens et les délais qui vont avec. De toutes les parties du corps, et d’opérations sous anesthésies générales. J’en ai subi six en moins de deux mois. La chimie de son corps ne s’en remet qu’avec les semaines et pas tout à fait.

On se retrouve à poil sur son grabat, avec ses parties génitales exposées à la vue de la moitié des personnels de l’hôpital, des stagiaires, des dizaines d’étudiants et étudiantes des écoles d’infirmières et de médecins. Si on développe des plaies dues à la position statique dans le lit, c’est encore tout l’hôpital qui contemple vos fesses. Et comme votre jambe coupée ne vous permet pas de vous rendre aux toilettes, vous faites vos besoins sous vous dans un bassin de lit, et on vous lave le cul à chaque fois. La fierté s’habitue.

C’est cette longue étape imposée de dénuement, d’impuissance, qui tranche radicalement d’une vie en contrôle et sans soumission à la volonté d’étrangers, à une série de diktats d’autrui y compris de simples préposés obtus, qui est un avant-goût du naufrage de la vieillesse et de la mort. Les sourires assurés de ceux qui sont persuadés agir pour votre bien, et que vous regardez du bas de votre lit, sont intolérables.

Vous, qui n’avez (pas encore ?) connu ça, espérez y échapper. On ne peut s’y préparer car l’imagination fait défaut et ça vous tombera dessus au moment le plus improbable et inattendu.

La sévère remise en question – Changements radicaux

 

Force est de reconnaître les changements importants qui suivent ces ennuis. Certaines amies et amis, ou certains membres de votre famille, vous auront terriblement déçu pendant l’épreuve, qu’elle soit ce que j’ai décrit plus haut ou autre chose du même calibre. Avec eux des liens ultérieurs vont se briser. Vous ferez le tri de vos relations de façon brutale et sans états d’âme.

Votre relation au monde va changer. Moi qui me nourrissais des articles de journaux découvre grâce à ce prisme nouveau la nullité, la petitesse, le vide sidéral et la vacuité de leurs propos et de leurs préoccupations. Pas un article sur cent ne trouve plus grâce à mes yeux. Un monde qui s’écroule et n’est plus que mille fois plus moche qu’avant.

Un peu comme si l’épreuve avait joué le rôle de révélateur. Et dans l’attente d’autres changements inattendus…

ALgarath

 

 

79 visiteurs

Aucun commentaire

Écrire un commentaire