Éric Dupond-Moretti, acquitator de mes deux

On fait à certains en ces temps décadents, comme ça, des réputations un peu vite. Macron c’était Jupiter, Dupond-Moretti, acquitator. Le fléau des prétoires, la terreur des juges, l’avocat teigneux à ne pas emmerder.

 

Tout comme Attila, derrière qui l’herbe ne repoussait plus, on était sûr d’être blanchi avec acquitator, l’avocat qui lave plus blanc que tout. L’air toujours bougon, les poses étudiées pour impressionner par un mélange de calme, de colère contenue, ramassé comme un tigre qui va fondre l’instant d’après sur sa proie.

Acquitator se prend depuis un petit bout de temps des sérieuses gamelles, en dépit de ses honoraires qu’on imagine plantureux. IL vient de saloper le procès Balkany tout en lui soutirant son pèze gagné par le condamné de façon louche.

Une réputation non méritée finit par s’estomper. On l’appellera le gros ours mal léché ou le fils à sa mère, femme de ménage (rien de mal à ça). En attendant le voilà rhabillé pour l’hiver et remis à sa place, ce gros con.

Algarath

 

 

 

 

 

3 visiteurs

Aucun commentaire

Écrire un commentaire