Gilets Jaunes : À cheval donné on ne regarde pas les dents

Les Gilets Jaunes nous font un merveilleux cadeau, à nous les Éveillés, au Peuple, aux 60% de la population constitués des classes populaires et classes moyennes basses.

 

Ils donnent leur temps, leurs marches, les risques physiques graves et invalidants pour le reste de leur vie, leur liberté souvent et des amendes à payer. Leurs efforts inlassables et leur sacrifice auront des effets non négligeables in fine pour le regain de nos libertés.

Comme ces gens-là le font pour nous sans aucune arrière-pensée qu’elle soit de pouvoir, ou d’argent et de compensations financières, ces cadeaux sont, si je peux me permettre cette expression, comme un cheval qui nous est donné.

En conséquence on ne regardera pas les dents

 

En dépit de l’admiration et la reconnaissance qu’on a pour les Gilets Jaunes, il faut aussi pouvoir donner notre avis sur les méthodes employées et les résultats de telle ou telle stratégie qu’ils emploient.

Six mois déjà, 30 Actes et les résultats tangibles sont vagues

 

On voit qu’il y a frustration dans les rangs des Gilets Jaunes. Fatigue, qui se traduisent par de plus faibles mobilisations. Il faut aussi se rendre compte que manifester coûte cher.

En s’appuyant délibérément sur les dégâts commis par les Black Blocs et les Ultra Jaunes (radicalisés), le pouvoir a monté d’un gros cran dans ses méthodes répressives et ses efforts pour discréditer le mouvement.

On dira que les Black Blocs entraînent des effets que certains jugent positifs, mais aussi aident à désamorcer le mouvement.

Les interrogations :

 

  1. Selon moi, des marches pacifiques et dont les itinéraires sont déposés sont d’une utilité très réduite. Ce qui fait dire la même chose à Éric Drouet.
  2. Les tentatives de converger les luttes des GJ avec les syndicats sont peine perdue. Les syndicats sont les affidés du pouvoir, de sales cons.
  3. Les Gilets Jaunes ont voté au cours des européennes, mais pas pour des groupes identifiés GJ. Ils ont reporté leurs voix sur des élus à l’opposé de Macron.
  4. Cette stratégie de ne pas nommer de leaders désignés comme ambassadeurs et négociateurs auprès du pouvoir fait que le dialogue ne s’établit pas, que les négociations sont inexistantes.
  5. Incapacité des Gilets Jaunes de militer et convaincre les classes moyennes basses à gonfler les rangs du mouvement. Sympathie mais pas engagement de la part de cette classe moyenne basse.

 

Les points positifs :

 

  1. Le harcèlement continuel des actions prises par les GJ contre le pouvoir et la fatigue qui résulte des forces de l’ordre.
  2. La résilience sans faille du mouvement, peu importe le nombre.
  3. Le soutien toujours conséquent des populations françaises.
  4. La sympathie parfois, et l’image dégradée de Macron suite à son incapacité à réduire le mouvement à néant, ces deux aspects étant dénoncés par les audiences internationales (chefs d’États étrangers, journalistes et éditorialistes étrangers) et aussi les organisations internationales.
  5. La part de démocratie directe qui va incontestablement entrer dans la vie démocratique française, et réduire et faire peur l’impact et le volume de démocratie représentative.

 

Rien ne sera plus jamais comme avant. Les Gilets Jaunes seront là dans un an, dans cinq ans, dans dix ans et plus.

Les Gilets Jaunes apprennent et cela les mènera à des formes de révolte plus efficaces. Les Gilets Jaunes sont aussi les ingrédients d’une réaction chimique (catalyseurs) pour entraîner la Révolution.

Reste à voir ce que les Black Blocs vont faire. Se coucher, ou subsister, voire intensifier leur efficacité à agir en synergie avec les Gilets Jaunes.

De quoi nous occuper pour le reste de nos jours !

ALgarath

Écrivain, journaliste politique, polémiste, simple citoyen engagé, et retraité en sursis, financier

0 visiteurs

Aucun commentaire

Écrire un commentaire