Jacques Sapir : « L’objectif du gouvernement italien est de créer une monnaie parallèle à l’euro »

Alors que la commission européenne menace l’Italie de déficit excessif, le Parlement italien a voté la possibilité d’émettre des bons du Trésor très spéciaux, des miniBoTs. Ce nouvel instrument financier serait-il le préalable à une sortie de l’euro ou une carte dans la manche du gouvernement italien pour remporter la partie ?

1 visiteurs

2 Commentaires
  • Le rougest de l'isles
    Publié à 20:04h, 08 juin Répondre

    De compensations en couvertures, de monnaie officielle en exercices d’imprimerie, d’écritures comptables en kilo de sucre virtuel et de dettes fiscales en réassurance

    Si je coules toutes la flotte de CGM-CMA de plusieurs centaines de milliards, dont monsieur Saadé se fou puisqu’il est assuré et ré assuré et que les chantiers nautiques munis d’un ordre de construction les déposent en banque pour se faire des liquidités… qui a l’argent cash ?

    Question à la con…

    Bientôt, nous paierons notre loyer en bidons d’essence et nous achèterons des paquets de nouilles contre des timbres postes (en millionen Reich Mark de la Republik de Weimar ce qui fera faire dans sa culotte la belle Angela) et plusieurs fois par jours…

    Si ce système peut rendre service à la population vous pouvez être sûr que Macron fera TOUT pour l’empêcher !
    Normal, nous ne sommes que de pov’cons !
    Dans ce cas, plongez avec Salvini et les Italiens !

    Mais une dernière pensées pour mon vieux prof d’économie… qui après s’être frotté la barbe à l’énoncé de la question : « Bon, on va prendre une bière et on verra plus clair après » !

    De toute façon, ce sera toujours les mêmes qui perdront…

    Idée intéressante, quand même, au même titre que les monnaies de substitutions ! Qu’est-ce que l’on vous propose avec les porte monnaie électronique ?

  • ErJiEff
    Publié à 02:09h, 09 juin Répondre

    Intelligent, ce système « en couveuse » depuis la réunion Cinq Étoiles / Ligue.
    L’euro se confirme de plus en plus comme un simple jeu d’écritures entre BCE et Banques commerciales pour permettre de poursuivre des spéculations financières qui ne se réinvestissent qu’au casino boursier, jamais dans l’économie réelle.

    Le Minibot présenté ici serait vraiment une « monnaie parallèle » (?), rattachée à des créations, des recherches, du travail, une production, des besoins… au sein d’un État-Nation.
    Plus simplement, rattachée à l’économie réelle d’un pays (deux notions élémentaires que le(s) pouvoir(s) occidental(aux) aura(ont) vainement essayé de gommer depuis cinquante années).

    Une monnaie nationale en quelque sorte, mais une monnaie contre laquelle l’U(RSS)E ne peut rien !

    Je propose un nom pour ces mini bons du Trésor Italien : Lira ; original, non ?

    C’est une marque de notre temps : l’information et l’instruction circulent à toute allure, et n’importe qui aujourd’hui peut apprendre et comprendre ce qu’est réellement une monnaie.

    Grâce en soit rendue aux vautours de la Banque Mondiale, du FMI de la Fed , de la BCE, de Wall Street et surtout de la City qui se sont ingéniés, de paradis fiscal en crises et de sanctions en austérité, à mettre en évidence les rôles tenus par $ et €.

    PS : j’adore l’écriture inclusive…
    c’est moche, balourd, inesthétique,
    ça complique la lecture,
    mais ça permet de ne faire aucun effort d’expression ni recherche de style,
    et surtout,… c’est politiquement correct ! ;o)

Écrire un commentaire