Marlène Schiappa une mythomane délurée exagère les faits !

Cette femme, pur produit LaREM, est trop souvent imbuvable. On la connait délurée avec ses publications érotico-porno, et elle fait tout pour occuper l’espace médiatique. Archi nulle et qui tape sur les nerfs.

Elle mérite d’être en permanence la conne du jour, que dis-je, de l’année, du quinquennat ! Macron a le chic pour s’entourer de connards dérangés dans leurs têtes.

 

Marlène Schiappa © ISA HARSIN/SIPA

La secrétaire d’État s’est plainte lundi 27 mai d’avoir été menacée par un groupe de gilets jaunes devant son domicile, une version nuancée par le rapport des policiers présents.

Que s’est-il réellement passé au domicile de Marlène Schiappa, la nuit entre vendredi et samedi 25 mai ? La secrétaire d’État à l’Égalité entre les femmes et les hommes a publié sur Facebook un témoignage de sa mésaventure avec des gilets jaunes : une « intrusion » et des « menaces » chez elle, en présence de sa famille. Mais le rapport de la police locale, alertée par le voisinage et la sécurité de la ministre, semble consigner des faits quelque peu différents, rapporte Le Point qui y a eu accès.

Un témoignage exagéré ?

Vendredi 24 mai dans la soirée, un rassemblement de gilets jaunes a lieu dans le centre-ville du Mans. L’organisation de cette manifestation sauvage se prépare sur les réseaux sociaux, ce qui permet aux services des renseignements généraux de repérer et filer la troupe. Ils sont donc présents, en plus des policiers locaux, plus tard dans la soirée, lorsque les gilets jaunes passent devant le domicile de Marlène Schiappa.

SUR LE MÊME SUJET

Selon le rapport de police, des insultes ont bel et bien été proférées à l’encontre de la secrétaire d’État. Notamment « Salope, sors de là ! », crié vers 00h30 par un manifestant à qui n’a pas pu être identifié. Le délit d’injure en raison du sexe et en réunion peut faire l’objet d’une condamnation. Mais Marlène Schiappa a indiqué porter plainte pour des « menaces », ce sera donc au tribunal d’évaluer si les injures proférées peuvent être considérées comme une menace. Car le rapport de police ne semble pas relever d’actes menaçants à l’encontre de la secrétaire d’État.

Un incident de 9 minutes

L’incident devant le domicile de Marlène Schiappa a duré 9 minutes, de 00h25 à 00h34 selon le rapport de police. Et non pas une heure du matin comme l’affirme la plaignante. Les dégradations constatées sont un tag « GJ » apposé face à la maison de la secrétaire d’État, ainsi qu’un « Gilet jaune 72 » inscrit à la peinture blanche sur la chaussée. De plus, le rapport note que les manifestants sont restés à distance du domicile et qu’aucun contact n’a eu lieu entre elle et les gilets jaunes. Marlène Schiappa parle quant à elle de frappe sur les portes et fenêtres de sa maison. Des pétards ont bien explosé, mais à distance là aussi. Seul un voisin est sorti de chez lui pour faire part de sa désapprobation.

11 visiteurs

1 Commentaire
  • Le rougest de l'isles
    Publié à 19:18h, 31 mai Répondre

    « J’ai une ligne rouge. On ne touche pas aux enfants »
    dit-elle !

    Pourtant, dans sa littérature pornographique ou celle du beau Dany le Rouge… les petites têtes blondes n’ont pas droit à tant d’égards !

    Comme d’habitude avec ces genre de dévergondés, « faite ce que je dit… ». Eux de par leur célébrité sont autorisés a profiter de leur privilèges… comme le Jack Lang, le micron, et tant d’autres !

Écrire un commentaire