Jordan Bardella pas facile, hein Patrick Cohen ?

On a aujourd’hui deux cons du jour. Cohen et Lemoine.

 

Tout dépend de qui on a en face. Patrick Cohen le méprisant et sa mégère sournoise Anne-Élizabeth Lemoine forment un duo et qui en sont puants de parti pris. Parfois leur truc ne marche pas. Fallait voir Lemoine, la gueule défaite qu’elle faisait à l’issue de la confrontation avec un jeune qui leur avait cloué le bec.

 

Jordan Bardella ne fait pas partie de ces politiques qui quittent les plateaux de télévision énervés, mais dans C à vous, il s’en est tout de même pris à Patrick Cohen ainsi qu’au « mépris » et à « l’arrogance » du service public.

Pour la première partie de son émission, Anne-Elisabeth Lemoine recevait Jordan Bardella, le député européen du Rassemblement national, afin de parler des résultats des dernières élections européennes. Avec ses 23,3%, le parti, arrivé en tête des scrutins, a en effet éclipsé ses opposants de gauche et de droite. Dès son arrivée sur le plateau, une petite tension s’est créée entre Patrick Cohen et Jordan Bardella, ce dernier ne répondant pas exactement aux questions du journaliste.

« Arrêtez d’insulter les gens tout le temps. Il n’y a pas de groupes d’extrême droite, il y a ce qu’on appelle des souverainistes (…) Vous êtes méprisant, ça exaspère les français »,a commencé à rétorquer Jordan Bardella, voyant Patrick Cohen associer les alliés du Rassemblement national à l’extrême droite.« Pourquoi vous êtes méprisant ? Vous vous comportez comme un petit inquisiteur et je ne trouve pas ça respectueux vis-à-vis des 5 millions de Français qui en l’occurrence ont glissé un bulletin Rassemblement national dans l’urne », a continué le député RN.

Tous sujets étaient donc l’occasion d’une empoignade verbale sur le plateau et l’enjeu écologique n’a pas échappé à la règle. Face aux questions insistantes de Patrick Cohen, Jordan Bardella a décidé de répliquer avec ses propres arguments : « Ce qui est insupportable avec vous, c’est que vous oubliez que vous êtes journaliste sur le service public, que vous êtes payé avec l’impôt des Français, y compris de l’impôt de ceux qui ont voté pour moi ».

La morale de cette histoire c’est qu’un jeune de 23 ans qui a les idées en place écrase facilement un vieux con dans un débat.

 

Les journalistes montrent trop à l’occasion leurs opinions, mais Patrick Cohen, lui, incommode le spectateur par son agressivité, et ses « questions » ne sont rien d’autre que des piques de censeur qu’il s’autorise d’être. Le journalisme, évidemment, est absent et fait les frais à chaque fois, et le spectateur venu là pour un débat reste sur sa faim.

Ces dérives du service public sont détestables. Chez Cohen c’est récurrent et à la fin ça exaspère.

 

ALgarath, observateur et rapporteur

5 visiteurs

Aucun commentaire

Écrire un commentaire