Les Français sont principalement traités comme des sujets et non des citoyens

Une telle affirmation va passer pour certains comme excessive, alors que pour beaucoup c’est défoncer des portes ouvertes de le dire. Les régimes monarchiques, à l’époque des rois en France, et encore en Angleterre, ont des régnants et des sujets.

 

La démocratie représentative élit des élus qui, de leur place privilégiée, s’accoquinent avec une caste qui se comporte en régnants, et œuvre pour prolonger leur position.

 

Rappelons ce que sont des sujets

 

Des sujets sont soumis, astreints à un pouvoir. Ils dépendent d’une autorité souveraine. Pendant l’exercice d’un mandat électoral les sujets sont très brièvement et à peine des citoyens, puisque par leurs votes ils peuvent placer aux postes du pouvoir tel ou tel parti, ou personne politique, qui va une fois élu bénéficier de la légitimité accrochée à son élection.

L’État a des monopoles solidement consolidés. Monopole de la violence avec la police et ses sbires, monopole des règles et lois, même tempérés par un corps législatif. Mais l’exécutif a ses prérogatives difficilement contrôlables et disons-le jusqu’ici non renversables.

Avec la démocratie directe, exécutif et législatif n’ont plus de frontières, de désaccords ni sur le fond ni sur la forme. Le législatif est sous contrôle direct du Peuple. Le Peuple n’est plus un sujet assujetti et soumis. Il n’est soumis qu’à la Loi démocratique que l’ensemble du Peuple a édictée.

Le jeu est donc de décrocher la timbale lors du moment critique des élections

 

Manipulations, mensonges, arrangements électoraux, tricherie, usage des médias, éditorialistes affidés, toutes ces armes sont déployées principalement lors des campagnes pour décrocher la timbale : mettre au pouvoir un système qui fait perdurer une domination par l’argent et les réseaux.

Une fois le système en place pour cinq ans, la Justice avec ses juges et son système judiciaire, la police, et la finance se mettent au service de la caste et des oligarques.

Le système des Gilets Jaunes

 

Ce système innovant renverse droite ou gauche, argent capital et travail, riches et pauvres, soit disant progressistes et populiste. Le quorum lors de référendum une fois atteint par des forces exclusivement du Peuple fait les lois.

C’est donc là toute la force extraordinaire du RIC et de la démocratie directe. La démocratie représentative permet toutes les exactions, tous les abus, et fait perdurer l’injustice.

On dira que la Révolution substitue les deux démocraties. Rêver béatement éliminer les tares de la démocratie représentative est une illusion.

L’aube d’une ère nouvelle

 

Lorsque le Peuple aura suffisamment compris qu’ils ne sont à 99% en réalité que des sujets soumis à une caste, et que c’est une réalité implicite mais bien cimentée  alors que les apparences, qui sont trompeuses comme chacun sait,  prétend une réalité qui ne devient explicite et comprise qu’avec des voix dissidentes.

Lorsque donc quand le niveau de conscience et le ras le bol émergeront, ce sera le crépuscule du pouvoir indigne et totalement abusif.

C’est l’honneur des Gilets Jaunes de translater dans la conscience populaire ce qui a été il y a bien longtemps compris par les Black Blocs et le Comité Invisible, et par la force rénovatrice qui les animent et les soutiennent, et qui soutien maintenant les Gilets Jaunes.

ALgarath

Écrivain, journaliste politique, polémiste, simple citoyen engagé, et retraité en sursis, financier

0 visiteurs

Aucun commentaire

Écrire un commentaire