Les commentatrices et commentateurs nous écrivent

Ne croyez surtout pas que seuls Branco ou d’autres très doués observateurs peuvent nous éclairer. Des forces qui fréquentent ce blog ont le même pouvoir. La preuve par leurs écrits !

 

Je suis très content, parce que les commentatrices et commentateurs laissent des perles qui nous font réfléchir. Aujourd’hui, un florilège qui nous situent l’état des avancées avec Macron. Marie et ErJiEff !

 

Auteur : Marie. Commentaire :

 

Beaucoup de personnes en veulent à Macron. Personnellement je le remercie tous les jours pour son mépris, son arrogance, son orgueil démesuré, ses mensonges, sa haine du peuple etc. car enfin une grande partie de la population a compris qui il est. En prime elle a aussi compris l’escroquerie qu’est cette pseudo démocratie.

Quand j’ai entendu les résultats des élections en mai 2017 pour la première fois de ma vie j’ai eu peur, très peur. Maintenant je me dis que c’était une bénédiction. Une chose est sûre : la France, les français ne seront plus jamais comme avant.

Auteur : ErJiEff. Commentaire :

 

Eh bien, nous y sommes !

Nous avons de fortes chance de passer de Jupiteux à Jupitre dans les semaines qui viennent.

Il va donc falloir dès maintenant se préparer à une victoire, ce type montre de plus en plus qu’il sera incapable de négocier quoi que ce soit avec qui que ce soit.

Ne pas se faire trop d’idées, si victoire il y a, une nuée de vautours représentatifs qui ne manquera pas de s’abattre sur des bulletins de vote pour que ça recommence avec eux en tête d’affiche et de cela, nous ne voulons plus.

Petit rappel, les GJ mènent la première insurrection de l’Histoire qui n’a délibérément pas de Chef(s).

Pour conserver cette qualité indispensable à leurs objectifs, ils leur faudra adopter une stratégie ad hoc, personnellement, je n’en vois qu’une, je la soumets :

1) Si (lorsque ?) victoire il y a, rester bien conscients que le but étant d’abord de mettre en place de nouvelles institutions, la crise ouverte ne peut être qu’une crise institutionnelle, donc écarter d’office toute idée de négocier quoi que ce soit. Pour pouvoir valablement constituer, il faudra impérativement avoir destitué.

2) Ça tombe bien, la Constitution en vigueur prévoit cette situation ; le président du Sénat se charge d’expédier les affaires courantes et organise aussitôt (c’est la condition de levée de crise) le premier RIC de l’histoire de France.

Les mises en place corrélatives d’un exécutif et d’une législative restent à définir, ce n’est pas ici et maintenant le sujet.

Je voulais simplement avertir les Gilets que ces deux premières étapes sont cruciales, qu’il n’y a aucune alternative, sauf à accepter de repasser les plats une énième  fois.

Il n’y a plus qu’un but à atteindre, le RIC : c’est par lui que tout peut commencer.

Et je sens remonter ici une petite lueur d’espoir ?

 

0 visiteurs

Aucun commentaire

Écrire un commentaire