Loiseau va se crasher aux européennes et c’est Macron qui perdra ses plumes

Il y a des articles qu’on n’a pas vraiment besoin d’écrire avec des mots car deux photos suffisent. C’est quoi les photos ?

 

Celle de Loiseau, qui a tant battu de l’aile, et qu’elle a maintenant une tête délabrée d’archi-battue avant la bataille. Déjà qu’au départ elle fait une tête de cocker triste et pas frais. Ça lui apprendra à avoir un charisme de poubelle usagée.

Et celle du psychopathe de l’Élysée qui l’a virée des affiches de campagne et y paraît seul avec son air niais et hautain, pour qu’il puisse encore prétendre être le sauveur du désastre annoncé. C’est monsieur pousse toi de là que je m’y mette.

Pas mal complexé jusqu’à l’os le petit inspecteur des finances violé pendant son adolescence par sa petite vieille dans les coulisses du théâtre, où il apprit à simuler et séduire. Ce qu’il fait avec maestria.

Depuis il a fait du chemin, et a sans doute viré sa cuti à le voir étreindre les yeux renversé des corps noirs délinquants luisants de sueur, propulsé dans le même temps par son ambition démesurée, son égo boursoufflé et ses manipulations de schmoozer / baratineur chronique. Un cas !

Quand on vous dit que ce mec est puant !

 

Un chef de parti qui n’en est pas un, un chef d’état qui n’en est pas un non plus, mais un perdant qui semble de plus en plus annoncé. Ce que fera LaREM aux européennes est de plus en plus un mystère. On ne voit pas bien comment il peut renverser la vapeur à 10 jours du scrutin !

Il joue gros, Jupiteux. Ce challenge pourrait le disqualifier, alors qu’il vient après Benalla, les Gilets Jaunes et le « grand débat », l’arnaque minable de la 5èmeRépublique. Ses prédécesseurs, aussi nuls qu’on les connaît, n’auraient pas osé. Ce mec-là a un culot d’acier, dans un corps de grand malade psychique.

Le plus sidérant c’est que la France l’a mis dans ce fauteuil ! Comme quoi le prochain pourrait être vraiment n’importe quoi et n’importe qui. Ça ne devrait pas nous étonner ! Il n’aura plus qu’à agrandir le trou. En attendant il est scié au plan international.

ALgarath

Écrivain, journaliste politique, polémiste, simple citoyen engagé, et retraité en sursis, financier

0 visiteurs

1 Commentaire
  • ErJiEff
    Publié à 16:16h, 16 mai Répondre

    Eh bien, nous y sommes !
    Nous avons de fortes chance de passer de Jupiteux à Jupitre dans les semaines qui viennent.
    Il va donc falloir dès maintenant se préparer à une victoire, ce type montre de plus en plus qu’il sera incapable de négocier quoi que ce soit avec qui que ce soit.

    Ne pas se faire trop d’idées, si victoire il y a, une nuée de vautours représentatifs qui ne manquera pas de s’abattre sur des bulletins de vote pour que ça recommence avec eux en tête d’affiche et de cela, nous ne voulons plus.
    Petit rappel, les GJ mènent la première insurrection de l’Histoire qui n’a délibérément pas de Chef(s).

    Pour conserver cette qualité indispensable à leurs objectifs, ils leur faudra adopter une stratégie ad hoc, personnellement, je n’en vois qu’une, je la soumets :

    1) Si (lorsque ?) victoire il y a, rester bien conscients que le but étant d’abord de mettre en place de nouvelles institutions, la crise ouverte ne peut être qu’une crise institutionnelle, donc écarter d’office toute idée de négocier quoi que ce soit. Pour pouvoir valablement constituer, il faudra impérativement avoir destitué.

    2) Ça tombe bien, la Constitution en vigueur prévoit cette situation ; le président du Sénat se charge d’expédier les affaires courantes et organise aussitôt (c’est la condition de levée de crise) le premier RIC de l’histoire de France.

    Les mises en place corrélatives d’un exécutif et d’une législative restent à définir, ce n’est pas ici et maintenant le sujet.

    Je voulais simplement avertir les Gilets que ces deux premières étapes sont cruciales, qu’il n’y a aucune alternative, sauf à accepter de repasser les plats une énième fois.

    Il n’y a plus qu’un but à atteindre, le RIC : c’est par lui que tout peut commencer.

    Et je sens remonter ici une petite lueur d’espoir ?

Écrire un commentaire