Réflexions mûries autour des Gilets Jaunes – Laisser du temps au temps

Ne croyez pas que mon soutien total aux Gilets Jaunes faiblisse, que j’aime moins bien ce phénomène, et que je vois sa disparition à terme. Non ! Mais je revendique qu’on puisse en faire une critique constructive, et là, il y a pas mal de choses à dire.

 

J’émets la première critique. Ce mouvement est manichéen et dichotomique dans son essence même. Ces deux termes veulent dire si on parle le français de tous les jours qu’il aspire à passer du noir au blanc. Je veux dire de passer du votre dans le contexte de la démocratie représentative à immédiatement passer au RIC absolu, à donc la démocratie directe.

Or, rien ne se fait sans un état de transition et la période qui va avec. Je peux prendre moult exemples. Le mien actuellement et le Brexit.

 

Parmi ceux ci je défends actuellement une famille au Québec qui s’est faite détourner 50 millions de dollars par deux aigrefins. J’ai commencé début 2017 à animer seul les 8 avocats de cette famille très riche. Je suis l’unique conseil juridique de cette famille. Ça fait 2 ans et 4 mois que j’ai commencé sur ces détournements. Je passe sur la période des demandes introductives d’instance (6 mois), des interrogatoires de part et d’autre (4 mois), et de l’inscription pour demander une date du procès de première instance (plus d’un an en plus). On n’en est qu’au stade maintenant du rôle en Mars 2020 où le parquet va donner la date du procès de première instance soit 14 mois plus tard, soit Septembre 2021. Ajoutez 3 mois de délibéré, les deux salopards vont faire appel, ce qui va prendre 19 mois de plus. Ça nous amène en fin 2023. Cette famille va récupérer ses 50 millions, et moi je serai payé. Au Québec on est payé si le succès est là avec x % de commission sur l’argent récupéré, si je vis jusqu’à là. Ce n’est pas l’objet. Ce qui est l’objet c’est que le processus prend plus de 6 ans.

Alors le client doit attendre 6 ans pour récupérer son argent et moi 6 ans pour être commissionné. Et vous voudriez que les GJ obtiennent satisfaction dans le mois !

Alors quand les Gilets Jaunes veulent passer de la démocratie représentative à la démocratie directe rapidement ou alors ils pissent partout et se roulent dedans, je me marre doucement. Il y a des phases de transition. Voyez le Brexit et le temps que ça prendra et pour être confirmé et pour que le processus soit bouclé.

Je parle de la revendication la plus démocratique des Gilets Jaunes. Bien sûr en ce qui concerne les concessions fiscales et du niveau de vie les transitions sont bien plus courtes.

 

Ma première critique, et je prétends qu’elle est justifiée, c’est l’inconscience des Gilets Jaunes du temps. Comme disait Mitterrand il faut laisser du temps au temps.

Ma deuxième critique c’est l’absence totale de structure de représentants des Gilets Jaunes. Ce qui fait qu’ils pourraient aussi bien se promener dans les rues de Paris et sur les ronds-points avec des pancartes maladroitement écrites sur du carton d’emballage jusque 6 ans après Novembre 2018. Et ne rien obtenir.

 

Bien sûr la présence des Black Blocs va leur sauver le cul sur ce coup là.

 

Voilà ! Passez un bon dimanche et merci.

ALgarath

Écrivain, journaliste politique, polémiste, simple citoyen engagé, et retraité en sursis, financier

1 visiteurs

Aucun commentaire

Écrire un commentaire