Gilets Jaunes : Quid du mode d’action, quid des motivations. Critique lucide et raisonnée !

Les Gilets Jaunes étant le phénomène le plus important que j’ai connu dans les 71 ans de ma putain de vie, je subodore que ce fût pour vous à peu près la même chose et qu’en conséquence ça vaut le coup de solliciter nos neurones pour en discuter.

 

Si ce blog avait pour mission de parler football on commenterait les buts de Mbappé. S’il avait pour mission d’être une grenouille de bénitier on parlerait de Jésus, la plus grande histoire depuis l’aube de l’humanité. Par là je ne dis ni si c’est bien ni si c’est nul à chier.

Écoutons l’opinion d’un commentateur habituel. Je ne suis pas d’accord avec son point de vue. Il pense que les GJ sont autonomes. Je me marre ! Ils sont instrumentalisés à mort. C’est mon opinion et je la réaffirme.

 

Pour comparer ce qu’il dit, c’est comme si on disait que Macron agit exclusivement de son propre fait et n’était en rien manipulé par la caste et les oligarques.

Comme si la révolution Française c’était seulement le Peuple et pas la bourgeoisie.

Pour éminemment aussi à admirer, les GJ sont des petits soldats inconscients d’être manipulés sauf sans doute certains de leurs leaders dans la confidence, détournés de leur mode d’action initial et de leurs motivations initiales. Ils sont la masse protéiforme au service de leurs manipulateurs dissimulés et dont on ne comprendra jamais qui ils sont, sauf qu’on devine leur but : Prendre le pouvoir. On ne comprendra non plus jamais quelle est la « pureté » et le désintéressement de leurs motivations. (je parle de leurs manipulateurs).

 

Je ne crois pas une seule seconde que les Gilets Jaunes soient le résultat réussi d’une mutation humaine spontanée sortie de nulle part. La réalité est plus prosaïque et moins idéaliste. Un groupe les instrumentalisé à mort, que ce groupe soit à consonance idéaliste, mais aussi que parmi ce groupe se cachent des motivations de pouvoir par les psychopathes semblables à ceux qu’on connaît. Pas les mêmes mais leur pendant mi idéal et mi assoiffé de pouvoir.

 

 

 

 

 

 

 

 

Mais laissons la parole à ErjIeff…Nouveau commentaire sur votre article « On peut s’interroger sur l’action et les motivations des Gilets Jaunes ». Auteur : ErJiEff . Commentaire :

Je ne comprends pas les faits tout-à-fait comme vous qui semblez penser que les GJ sont l’aboutissement d’un projet révolutionnaire …

Reprenons :

1) « les Gilets Jaunes ont AUSSI comme objectif et comme mission de renverser le pouvoir en suscitant une bavure d’envergure et donc des martyrs, pour discréditer ce pouvoir aux yeux des Français »

Ni « aussi », ni »mission ».

– Les GJ ont pour objectif d’obtenir satisfaction quant à leurs revendications, suffisamment dites redites et répétées depuis l’automne 2018.

– Face à un pouvoir que la stupidité a rendu aveugle, sourd, muet et inerte, ils ont compris que cette satisfaction ne pourra jamais être obtenue qu’en le renversant. Ce n’est pas une mission, c’est un impératif, paradoxalement imposé par leur adversaire ; ILS N’ONT AUCUN AUTRE MOYEN D’ABOUTIR, et renverser le pouvoir en place n’est pas un objectif, c’est une nécessité incontournable.

– Les GJ ne recherchent pas les bavures ni les martyrs ; la bande à Manu, oui : dans leurs esprits mal construits, avec leur incompréhension absolue de ce que peut être un soulèvement populaire, ils ont cru, les pauvres LaREM, qu’avec une bonne fessée, les demeurés incultes rentreraient dans le rang.

Les bavures et les martyrs sont le fait exclusif du pouvoir qui a réagi connement, ce qui est tout-à-fait naturel de sa part ; la preuve ? Les GJ s’en trouvent blessés mais renforcés dans leur détermination ce qui est contre-productif.

2) « le fait qu’ils ne s’organisent pas pour être des interlocuteurs du pouvoir tend à accréditer ce que je pense ».

– Les GJ font, d’acte en acte, preuve d’une grande intelligence collective, d’autant plus remarquable qu’elle est totalement spontanée, voire carrément endémique à leur mouvement.

– S’ils ne s’organisent pas c’est au départ une question de moyens ; ils n’ont pas beaucoup d’argent, n’ont pas reçu de formation à Science Po ni à l’ENA mais ont parfaitement compris que la cause première de leurs difficultés est la corruption (la trahison) de leurs élus.

– Donc, ils n’ont pas d’élus à déléguer et ne sont pas prêts d’en avoir, confirmés qu’ils sont par toutes les lamentations mainstreams qui maquillent en faiblesse ce qui est leur force.

Ce que je veux dire, c’est que ce mouvement historique sort de toutes les conventions et toutes les théorisations, puisqu’il en applique spontanément et sans étude préalable les lignes directrices.

Leur manière d’entrer dans une guerre d’usure accrédite votre pensée, Algarath ; mais elle n’est pas le résultat d’un calcul ou d’une programmation savante.

C’est en cela qu’ils sont admirables, c’est par cela qu’ils ont de grandes chances de réussir.

Du moins, je l’espère.

0 visiteurs

Aucun commentaire

Écrire un commentaire