Jean-Dominique Senard, prochain élu des oligarques et président de la République – Confidentiel !

J’ai appris à accorder beaucoup d’importance aux prédictions de Faits & Documents, qui voient en Jean-Dominique Senard un prochain Président de la République Française. En plus, vu le CV du monsieur, il est certain qu’il plaît aux oligarques qui sont actuellement tannés de Macron.

 

Écoutez ce que Faits & Documents dit confidentiellement de Jean-Dominique Senard à partir de la minute 35 de la vidéo que j’ai mis en ligne aujourd’hui de F&D. Plus bas ce qu’en dit Wikipedia qui est incomplet bien sûr.

Jean-Dominique Senard, né le 7 mars 1953 à Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine), est une personnalité française du monde des affaires, président du groupe Michelin de 2012 à 20191, puis de Renault depuis janvier 2019.

Son ancêtre, Jules-Alexandre-Benjamin Senard (1848-1928) reçut par bref du 24 novembre 1891 le titre de comte romain héréditaire. Le père de Jean-Dominique Senard, Jacques Senard, était diplomate, ambassadeur de France au Caire, à La Haye et à Rome.

Jean-Dominique Senard débute sa scolarité au collège privé Sainte-Croix de Neuilly où il chante en tant qu’alto dans le chœur des Petits Chanteurs de Sainte-Croix de Neuilly, sous la direction de Louis Prudhomme. Par la suite il fréquente le collège et lycée privé Sainte-Croix des Neiges d’Abondance (Haute-Savoie) aux côtés de Christophe de Margerie7. Il est diplômé d’HEC (1976) et titulaire d’une maîtrise de droit8.

En 1979, il est officier du 2e régiment de hussards, chef du 3e peloton du 2e escadron à Orléans.

De septembre 1979 à septembre 1987, il rejoint la Compagnie Française des Pétroles (groupe Total) où il occupe le poste de contrôleur de gestion et responsable des opérations de gestion des risques financiers.

En 1987, Jean-Dominique Senard rejoint la direction de la trésorerie de Saint-Gobain. En février 1988, il est nommé directeur adjoint – puis directeur en janvier 1991 – de la trésorerie et du financement. En 1995, il est nommé directeur financier de la délégation générale pour l’Allemagne et l’Europe centrale et membre du directoire de Vegla GmbH, filiale verrière allemande du groupe Saint-Gobain.

En 1996, il rejoint le géant de l’aluminium Pechiney en qualité de directeur financier. De 2001 à 2003, il assure la direction du secteur aluminium primaire du groupe. En 2003, il est nommé PDG de Pechiney, et membre du comité exécutif du groupe canadien Alcan qui vient de racheter la société française d’aluminium. Début 2005, après avoir assuré l’intégration de Pechiney dans la nouvelle structure, il quitte le groupe Alcan.

En 2005, il devient directeur financier de Michelin. En 2007, il est nommé co-gérant non-commandité du groupe, puis en mai 2011 gérant commandité, et le 11 mai 2012, il succède à Michel Rollier comme président du Groupe.

Tenant alors les rênes de l’entreprise, il accompagne les forts investissements déjà engagés en Chine, en Inde et au Brésil et renforce les ventes de la marque dans les marchés matures comme les États-Unis. En 2013, il décide la suppression de 730 postes sur le site de Joué-lès-Tours et engage simultanément un investissement de 800 millions d’euros dans les autres usines françaises du groupe. En décembre 2013, il pose la première pierre du futur centre mondial d’innovation du groupe (baptisé « Urbalad ») à Ladoux qui constitue un investissement de 270 millions d’euros. En novembre 2014, il accroît la production de produits low cost (gamme “budget”) pour contrer la concurrence agressive venant de Chine. Sous sa direction, l’endettement du groupe passe de 1 053 à 142 millions d’euros en 2014, et un représentant syndical entre au conseil de surveillance du groupe.

En octobre 2014, le mandat de gérant de Jean-Dominique Senard est renouvelé pour quatre années.

Il fonde sa politique de gouvernance autour de plusieurs axes : développement responsable et dialogue social pour accompagner le processus de mutation industrielle qui caractérise son mandat, compétitivité de la production et des ventes pour répondre à la globalisation de l’économie, et valorisation de l’apprentissage pour attirer les jeunes vers des emplois en apparence moins attractifs.

En 2017, sous la direction de Jean-Dominique Senard, Michelin annonce un résultat net pour l’année 2016 en hausse de 43 %, à 1,7 milliard d’euros.

Le 9 février 2018 est annoncé le remplacement à la prochaine assemblée générale (2019) de Jean-Dominique Sénard au poste de Président de la gérance par Florent Menegaux, actuel directeur général exécutif du groupe et directeur des opérations.

Le 9 mars 2018, il remet avec l’ancienne secrétaire générale de la CFDT Nicole Notat un rapport sur le rôle de l’entreprise dans la société française au ministre de l’Économie Bruno Le Maire.

Le 24 janvier 2019, suite à la démission de Carlos Ghosn de la présidence de Renault, Jean-Dominique Senard devient président du constructeur français d’automobile Renault. Une décision saluée par Bruno Le Maire, le ministre de l’économie qui estime qu’il fera « un excellent président pour Renault ».

Le 12 mars 2019, il prend la tête de l’alliance Renault-Nissan-Mitsubishi.

Le 8 avril 2019, il est aussi nommé vice-président de Nissan.

Administrateur de la compagnie Saint-Gobain, président du comité des comptes (depuis juin 2012)

Administrateur indépendant du groupe SEB (2009-2013)

Vice-président de la Réunion de la Noblesse Pontificale.

 

1 visiteurs

Aucun commentaire

Écrire un commentaire