Le monde de la culture apporte son soutien au mouvement « sans précédent » des « gilets jaunes »

Dans une tribune intitulée « Gilets jaunes : Nous ne sommes pas dupes ! », comédiens, écrivains, dessinateurs saluent « un mouvement que le pouvoir cherche à discréditer ».

Le Monde avec AFP Publié hier 

 

Un manifestant porte un gilet jaune sur lequel est écrit : « Gilet jaune, rouge ou vert, nous aimons tous notre planète bleue », lors d’une manifestation, le 27 avril 2019, à Marseille.
Un manifestant porte un gilet jaune sur lequel est écrit : « Gilet jaune, rouge ou vert, nous aimons tous notre planète bleue », lors d’une manifestation, le 27 avril 2019, à Marseille. GÉRARD JULIEN / AFP

Des comédiennes comme Juliette Binoche ou Emmanuelle Béart, des écrivains comme Edouard Louis ou Annie Ernaux ainsi que 1 400 autres acteurs du monde de la culture ont apporté samedi 4 mai leur soutien au mouvement des « gilets jaunes ».

Dans une tribune intitulée « Gilets jaunes : Nous ne sommes pas dupes ! », publiée sur le site de Libération, ces comédiens, écrivains, dessinateurs ou scénaristes saluent « un mouvement que le pouvoir cherche à discréditer et réprime sévèrement alors que la violence la plus menaçante est économique et sociale ».

Lire aussi Après le 1er-Mai, l’acte XXV des « gilets jaunes » s’annonce plus calme

Les signataires de la tribune « réclame[nt] des choses essentielles : une démocratie plus directe, une plus grande justice sociale et fiscale, des mesures radicales face à l’état d’urgence écologique ». « Les “gilets jaunes”, c’est nous », insistent les signataires, qui se déclarent « absolument concernés par cette mobilisation historique ».

La « répression » dénoncée

« Nous voyons bien les ficelles usées à outrance pour discréditer les “gilets jaunes”, décrits comme des antiécologistes, extrémistes, racistes, casseurs… », dénoncent-ils. « La manœuvre ne prend pas, ce récit ne colle pas à la réalité même si médias grand public et porte-parole du gouvernement voudraient bien nous y faire croire », ajoutent-ils.

0 visiteurs

4 Commentaires
  • Philippe
    Publié à 04:44h, 05 mai Répondre

    J’attends que des artistes soutiennent le Frexit – mais ça – ce n’est pas près d’arriver.
    Soutenir le GJ n’est qu’un artifice afin d’assurer la poursuite de leur petit business.
    Leurs promotions dans les médias ne tient que par leur appartenance aux idées « européistes »
    Donc, ils feront « juste semblant » d’être du côté du Peuple, dont ils dépendent pour vivre.
    Ils briseraient leurs carrières artistiques.
    Asselineau n’a pas hésité à briser sa carrière politque pour se mettre au service des Français afin de leur expliquer
    – par des conférences étoffées d’informations sourcées – les causes du désastre qui est en train d’arriver à notre beau pays.
    Comme les Français font tourner leurs téléviseurs toute la journée – afin d’être fiers d’amortir l’achat de leurs écrans magiques gigantesques et en haute définition – ils sont habitués à être gavés de propagande.
    Ils ne pourront pas facilement sortir de la pensée unique distillée savamment par les européistes pressés de voir la France disparaitre.
    La pensée unique, le manque de discernement, le refus de toute remise en question mènent à un état que l’on appelle « dégénérescence cérébrale » ou appelée maintenant souvent « maladie d’Alzheimer »
    Les cerveaux sont cuits, la morosité ambiante s’installe, la société devient de plus en plus anxiogène.
    Sortir de l’Union Européenne apparait alors comme la menace de se défenestrer du 3ème étage.
    Alors on met la tête dans le sable, et l’on affirme que l’on s’interdit de parler de politique ou de religions.
    En secret on pense: « Après moi le déluge », mais l’important c’est que je puisse continuer à m’offrir une paire de lunettes tous les deux ans et la paire de solaires « gratuite » avec !
    C’est un repli égoïste, matérialiste qui correspond à un formatage calculé et qui a pour but de détruire les États-Nations de l’UE.
    Sortons de ce piège qu’est l’UE au plus vite.
    Ne pas confondre l’Europe géographique et la construction européenne qui est une prison des Peuples qui nous a été bien vendue, mais qu’on nous a imposée.

    Alors le monde de la culture a un devoir maintenant. Ce petit monde doit se mettre au service de la vérité et ne doit pas collaborer.
    De toutes façons, tout ce qui passent dans les médias aujourd’hui devient suspect. Le discernement s’en trouve facilité, en quelque sorte !
    Frexit UPR vite !

  • ErJiEff
    Publié à 07:19h, 05 mai Répondre

    Philippe,

    J’ai un souci de taille avec le Frexit que j’aimerais tant voir se faire.

    C’est à propos de la politique monétaire.
    Quand on voit les incroyables difficultés que rencontrent les anglais qui n’utilisent pas l’€ mais une livre bien à eux, comment allons nous gérer la réaction de la BCE qui se fera une joie de nous faire regretter notre décision ?

    Rothschild avait très justement compris que pour contrôler un pays, il suffit de contrôler sa monnaie…
    Rien qu’à voir comment la Grèce a été punie pour avoir désobéi aux directives austéritaires, une hypothèse de Frexit fait froid dans le dos !

    Mais on ne se lance pas dans une telle aventure sans solution… Laquelle envisage-t-on chez Asselineau ?

    • Philippe
      Publié à 09:17h, 05 mai Répondre

      bonjour ERJIEFF,
      C’est amusant, j’ai eu l’impression en lisant votre argumentation que c’était mon frère qui me répondait !
      Mais avec l’expérience, je sais que c’est parfaitement inutile de chercher à apporter quelques éléments de réponse personnels sur les sujets que vous évoquez..
      Alors que beaucoup d’informations sont présentes sur le site de l’UPR concernant l’Euro et sur la situation au Royaume-Unis, je pense que de toutes façons vous faites apparemment un blocage.
      Vous n’êtes pas eurosceptique et ça vous va comme ça. Pourquoi tenterais-je de vous perturber ?

  • Catalan
    Publié à 21:50h, 05 mai Répondre

    Je serai court et tranchant : le « môônde de la culture » m’inspire une grande méfiance, qui n’a d’égale que celle que je nourris à l’égard d’un quotidien comme Libération, dont le site a hébergé la déclaration de ces soi-disant intellectuels. Il a fallu quand même attendre 5 mois pour que certains osent exprimer leur malaise.
    C’est certes bien mieux que les déclarations précédentes de certains « puants », comme François Berléand, ou contrits, comme le pantin dénommé Franck Dubosc, mais ça ne mérite pas, de mon point de vue, trop d’attention et de publicité. Ce n’est pas avec eux que nous renverserons la tyrannie.

Écrire un commentaire