Macron commence à se défausser sur les ministres – Pas bon pour le pouvoir

Celles et ceux qui ont (bien) écouté son allocution auront compris qu’il a placé plusieurs fois des phrases assassines disant que lui donne le cap simplement, et que c’est au gouvernement d’exécuter comme il convient.

Ce qui veut dire que si ça foire, ça ne sera pas lui.

Dans cette perspective, il commence maintenant à les affubler de tous les maux. Ça sent le sapin pour LaREM

Ce petit inspecteur des finances psychopathe est tout le contraire d’un chef.

*****

«Nouvel acte» du quinquennat: Macron houspille ministres et parlementaires

Annonces de Macron : le gouvernement est «déterminé à faire vite» (Philippe)
Le gouvernement se réunit pour un séminaire pour traduire les mesures annoncées par Emmanuel Macron le 25 avril. Selon Édouard Philippe, le gouvernement est «déterminé à faire vite».

LE SCAN POLITIQUE – Le président n’a pas apprécié l’ambiance «colonie de vacances» du séminaire gouvernemental de lundi. Mardi, lors du Conseil des ministres et d’une réception d’élus, il a secoué ses troupes.

La mise au point s’est révélée sévère. Mardi, Emmanuel Macron a secoué ministres et parlementaires, en les appelant à mettre en œuvre au plus vite les mesures post-grand débat annoncées jeudi dernier. Dans le salon Murat du Conseil des ministres, à midi, il a expliqué ne pas avoir apprécié l’ambiance «colonie de vacances» du séminaire gouvernemental, organisé la veille pour plancher sur les réformes à venir, comme l’a révélé RTL jeudi matin. Il a appelé ses troupes à ne pas rester claquemurées dans leurs ministères et à se rendre sur le terrain, à l’image de son tour de France autour de 11 déplacements pendant le grand débat national.

Même tonalité offensive, le soir, lors de la réception au Palais d’environ 70 parlementaires de la majorité. «On ne peut pas être dans le camp des installés», leur a lancé le président, toujours selon RTL. «J’ai dit que rien ne serait comme avant donc je veux que rien ne soit comme avant». Emmanuel Macron «a botté l’arrière-train des députés», relève un participant. Selon nos informations, il a demandé aux élus «faire des permanences, d’aller voir les administrations pour vérifier que les réformes sont bien mises en œuvre».

Emmanuel Macron a ensuite sonné la mobilisation générale pour les européennes, à trois semaines du scrutin. «On a des sondages en dessous de mon score du premier tour, en dessous de ma cote de popularité, même quand elle était au plus faible. Ce n’est pas normal!», a tonné le président. Allusion aux quelque 23% des voix crédités à la liste La République en marche (LREM) de Nathalie Loiseau, bien en deçà des 32% d’opinions favorables attribuées au président. Devant les parlementaires, il a aussi répété qu’il n’avait pas apprécié la légèreté, selon lui, donnée à voir sur les photos du séminaire gouvernemental. «Il a mis un tir à ses ministres», rapporte un député LREM.

0 visiteurs

Aucun commentaire

Écrire un commentaire