Notre-Dame : Incendie criminel par groupe étatique organisé

Notre-Dame : Un commentateur apporte des précisions importantes. Fred nous envoie un commentaire détaillé et très informé sur l’incendie de Notre-Dame, que nous avions suspecté très fort comme étant criminel. Ses dires accréditent la thèse.

 

Prenez connaissance du commentaire de FRED

FRED Via Rachel Fortun – Concernant l’incendie Notre-Dame De Paris

ANALYSE TECHNIQUE DE L’INCENDIE ET CONCLUSIONS.

 

En Février dernier la charpente a été traitée, (voir le reportage sur A2) contre les insectes avec un gel. Elle ne l’avait jamais été depuis plus de 800 ans. L’entreprise qui a « désinsectisé » à du faire preuve de talent car il a fallu pulvériser à 15 m. Pulvériser du gel à 15 m de haut n’est pas à la portée de tout le monde. Suite à ce traitement le bois change de couleur et devient un peu couleur acajou. La compagnie est AUBRIAT. Voir le reportage avec les détails sur cette vidéo.

https://www.youtube.com/watch?v=EDzd9vFkAcc

Le 15 avril la charpente prend feu et brûle en faisant un bruit très important pour un feu de bois situé en hauteur. Ce bruit gêne les reporters les obligeant à s’éloigner pour faire leur travail. Assez significativement le feu augmente au moment où les pompiers sont intervenus comme si l’eau activait les flammes. La charpente est en chêne or le chêne sec ne fait pas de flamme, il rougeoie d’où l’intérêt d’un tel bois pour les cheminées car c’est un feu qui dure très longtemps : une buche de chêne peut tenir facilement un feu toute la nuit. Il m’est arrivé de faire tenir 12 heures une bonne bûche dans ma cheminée.

Des vidéos de bonne foi (non truquées) (caméra Survey) montreront par la suite une personne sur le toit de la cathédrale s’activant avec du feu sous forme d’éclairs ou au moins de grosses lueurs très brèves et jaunes-orangées comme seront les flammes de la charpente ensuite, après le départ des ouvriers. Puis cette personne disparait.

L’entreprise, qui a désinsectisé a été bernée en répandant non pas un produit désinsectiseur mais un produit pyrotechnique qu’on lui a obligatoirement fourni car elle n’est pas en mesure de le produire sur le plan chimique.

 

Le produit de type « thermite » est composé d’oxyde de fer et d’oxyde d’aluminium ce qui donne la couleur acajou obtenue après la pulvérisation et la couleur des flammes jaunes-orangées de l’incendie.

Depuis Février le produit sans doute associé à une colle a séché et s’est solidifié sur les poutres comme une pâte devenue très fine, une sorte de vernis, sauf que ce n’était pas du vernis….

Le 15 avril, il ne suffisait plus que d’un vrai « pot thermique » générant une chaleur intense de 2200 degrés pour percer la toiture par sa très forte température et allumer ainsi toute la charpente pré-imbibée située nécessairement juste en dessous du toit. Le pot thermique c’est la personne vue sur le toit avec des flammes jaunes-orangées qui met le feu. En fait toute la charpente était un pot thermique avec cette fausse désinsectisation. Pour avoir montré aux vidéos des éclairs ou des flammes orangées-jaunes le pot thermique initial a été allumé classiquement avec du magnésium par la personne sur le toit, la toiture est en plomb donc aucun problème de perçage.

Après l’amorçage sur le toit le feu a gagné toutes les parties pulvérisées pendant la fausse désinsectisation. Sous l’action des lances incendies le feu augmente dans un 1er temps car l’eau active ce type de pyrotechnie avec des crépitements intenses et même de petites explosions. Si l’eau active ce genre de feu c’est en raison de l’extrême chaleur produite. En effet l’eau se catalyse au-dessus de 1100 degrés libérant ainsi ses deux gaz : l’Hydrogène et de l’Oxygène d’où les flammes sur un bois qui d’ordinaire n’en fait pas, flammes dues à l’Hydrogène et à l’Oxygène. C’est deux gaz : H² et O s’additionnent à l’oxyde de fer et à l’oxyde d’aluminium augmentant la combustion. Un pot thermique est capable de détruire un char, c’est pour ça qu’il a été inventé. En produisant une chaleur de 2200 degrés ils placent au double de la valeur de sa catalyse (séparation en gaz) l’eau, dont la catalyse est à 1100 degrés, c’est pourquoi la charpente a fait comme un feu de paille sous les lances à incendie, les pompiers ne sachant pas à quel genre de feu ils avaient à faire.

Il s’agit donc d’un attentat grandiose, soigneusement calculé et qui ne peut être l’œuvre que d’esprits pervers de la pire espèce venant d’un État et non pas d’un simple quidam ou terroriste primaire, et sans doute tout cela est-il au profit d’intérêts commerciaux voulus par des salopards ignobles.

 

Les traces du forfait sont présents partout. Il suffit de chercher et les bouts de charbons tombés au sol sont les bienvenus pour faire des analyses.

10 visiteurs

11 Commentaires
  • Christiane PAUTHIER
    Publié à 03:22h, 29 avril Répondre

    Il y a de quoi s’interroger très sérieusement – Aurons nous une réponse un jour ? Il le faudrait

  • Sophie DESESTOILES
    Publié à 04:05h, 29 avril Répondre

    Notre Dame sauvée des flammes

    Ancrée au bout de la Cité
    Elle rayonne sans partage
    Depuis la profondeur des âges
    Vers l’azur et l’immensité

    Bien plus qu’un beau vaisseau de pierre
    Par la hauteur de ses beffrois
    Ses rosaces au nombre de trois
    Et sa flèche défiant la matière

    Elle est présence spirituelle
    Parmi la foule ou en silence
    Son rayon vers le ciel s’élance
    Présence calme et maternelle

    Elle a conservé la mémoire
    Des rois augustes qui l’édifièrent
    Des humbles pauvres dont la misère
    Fut adoucie par l’encensoir

    Ayant échappé aux pillages
    Aux guerres aux bombardements
    On pensait qu’éternellement
    Elle veillerait sur nos âges

    Quel conseil venu de Satan
    Poussa des esprits embrumés
    À vouloir la voir en fumée
    Pour gagner de l’or ou du temps

    Le feu attaqua la forêt
    De chênes du temps de saint Louis
    Puis devint rougeur dans la nuit
    Brasier puissant et abhorré

    On eût dit que l’esprit du Mal
    Se tordait en volutes grises
    Pour anéantir notre église
    Conviant les damnés à ce bal

    Dans la lutte entre les esprits
    Démons rougeoyant de colère
    Anges invisibles dans l’air
    Longtemps le sort fut indécis

    Toute la nuit fut un combat
    Avec le secours des pompiers
    Qui bataillèrent pied à pied
    La cathédrale ne mourut pas

    Quand au matin ces chevaliers
    Ayant vaincu grâce à leur cœur
    Virent la croix au fond du chœur
    Droite et intacte et qui brillait

    Leurs yeux surpris reçurent ce signe
    Comme celui de la victoire
    De la Vie sur les forces noires
    Et du Sauveur la marque insigne

    Sophie Desestoiles

    Poème écrit le 19 avril 2019,
    selon mon ressenti intuitif en observant cet incendie fulgurant et infernal

  • Michel Degaine
    Publié à 16:37h, 29 avril Répondre

    Voir aussi cet article qui montre que le feu est allé plus vite contre le vent que sous le vent !
    https://incendienddeparis.home.blog/2019/04/24/incendie-accidentel-ou-criminel/

  • FRED MOEBUS
    Publié à 17:24h, 01 mai Répondre

    VOUS VOULEZ FAIRE TOMBER CES CRIMINELS ? EXIGEONS UNE ENQUÊTE PUBLIQUE INDÉPENDANTE SUR NOTRE DAME « Pour une grosse poutre, pour qu’elle soit coupée en deux ou atteinte à cœur, il faudrait 3-4H au moins d’un foyer très très intense… »
    Donc non, des poutres multi-séculaires ne prennent pas feu en un claquement de doigts.
    (Ici, charpente de la Cathédrale des Invalides) https://youtu.be/PROyOML8bNA
    ANALYSE TECHNIQUE DE L’INCENDIE ET CONCLUSIONS.

    En Février dernier la charpente a été traitée, (voir le reportage sur A2) contre les insectes avec un gel. Elle ne l’avait jamais été depuis plus de 800 ans. L’entreprise qui a « désinsectisé » à du faire preuve de talent car il a fallu pulvériser à 15 m. Pulvériser du gel à 15 m de haut n’est pas à la portée de tout le monde. Suite à ce traitement le bois change de couleur et devient un peu couleur acajou.
    Le 15 avril la charpente prend feu et brûle en faisant un bruit très important pour un feu de bois situé en hauteur. Ce bruit gêne les reporters les obligeant à s’éloigner pour faire leur travail. Assez significativement le feu augmente au moment où les pompiers sont intervenus comme si l’eau activait les flammes. La charpente est en chêne ors le chêne sec ne fait pas de flamme, il rougeoie d’où l’intérêt d’un tel bois pour les cheminée car c’est un feu qui dure très longtemps : une buche de chêne peut tenir facilement un feu toute la nuit. Il m’est arrivé de faire tenir 12 heures une bonne bûche dans ma cheminée.
    Des vidéos de bonne foi (non truquées) (caméra Survey) montreront par la suite une personne sur le toit de la cathédrale s’activant avec du feu sous forme d’éclairs ou au moins de grosses lueurs très brèves et jaunes-orangées comme seront les flammes de la charpente ensuite, après le départ des ouvriers. Puis cette personne disparait.
    L’entreprise, qui a désinsectisé a été bernée en répandant non pas un produit désinsectiseur mais un produit pyrotechnique qu’on lui a obligatoirement fournit car elle n’est pas en mesure de le produire sur le plan chimique. Le produit de type « thermite » est composé d’oxyde de fer et d’oxyde d’aluminium ce qui donne la couleur acajou obtenue après la pulvérisation et la couleur des flammes jaunes-orangées de l’incendie.
    Depuis Février le produit sans doute associé à une colle a séché et s’est solidifier sur les poutres comme une pâte devenue très fine, une sorte de vernis, sauf que ce n’était pas du vernis….
    Le 15 avril, il ne suffisait plus que d’un vrai « pot thermique » générant une chaleur intense de 2200 degrés pour percer la toiture par sa très forte température et allumer ainsi toute la charpente pré-imbibée située nécessairement juste en dessous du toit. Le pot thermique c’est la personne vue sur le toit avec des flammes jaunes-orangées qui met le feu. En fait toute la charpente était un pot thermique avec cette fausse désinsectisation. Pour avoir montré aux vidéos des éclairs ou des flammes orangées-jaunes le pot thermique initial a été allumé classiquement avec du magnésium par la personne sur le toit, la toiture est en plomb donc aucun problème de perçage. Après l’amorçage sur le toit le feu a gagné toutes les parties pulvérisées pendant la fausse désinsectisation. Sous l’action des lances incendies le feu augmente dans un 1er temps car l’eau active ce type de pyrotechnie avec des crépitements intenses et même de petites explosions. Si l’eau active ce genre de feu c’est en raison de l’extrême chaleur produite. En effet l’eau se catalyse au-dessus de 1100 degrés libérant ainsi ses deux gaz : l’Hydrogène et de l’Oxygène d’où les flammes sur un bois qui d’ordinaire n’en fait pas, flammes dues à l’Hydrogène et à l’Oxygène. C’est deux gaz : H² et O s’additionnent à l’oxyde de fer et à l’oxyde d’aluminium augmentant la combustion. Un pot thermique est capable de détruire un char, c’est pour ça qu’il a été inventé. En produisant une chaleur de 2200 degrés ils placent au double de la valeur de sa catalyse (séparation en gaz) l’eau, dont la catalyse est à 1100 degrés, c’est pourquoi la charpente a fait comme un feu de paille sous les lances à incendie, les pompiers ne sachant pas à quel genre de feu ils avaient à faire.
    Il s’agit donc d’un attentat grandiose, soigneusement calculé et qui ne peut être l’œuvre que d’esprits pervers de la pire espèce venant d’un État et non pas d’un simple quidam ou terroriste primaire, et sans doute tout cela est-il au profit d’intérêts commerciaux voulus par des salopards ignobles.
    Le traces du forfait sont présents partout. Il suffit de chercher et les bouts de charbons tombés au sol sont les bienvenus pour faire des analyses.

  • goyers
    Publié à 05:04h, 04 mai Répondre

    Un projet d’aménagement de l’île a été rédigé le 07 décembre 2016 comprenant 56 pages dont Notre-Dame est inclue !!!

  • Joly
    Publié à 02:53h, 05 mai Répondre

    Pour le profit, oui entre autre prétexte, mais aussi un symbole à détruire, le poeme en parle si bien, pour les forces obscures!!! Nous ne sommes pas dupes! Incendie maîtrisé le même jour à Jerusalem sur la mosquée Al aqsa!

  • Pyugnat
    Publié à 13:24h, 05 mai Répondre

    Quelle est donc cette Femme qui a le pouvoir et la Mission d’écraser la tête orgueilleuse de Satan ? Cette tête se trouve dans la FM:.

  • jardel
    Publié à 12:27h, 18 mai Répondre

    il faut trouver les salauds qui ont fait cet attentat

  • dauriac
    Publié à 02:52h, 29 mai Répondre

    Je suis un ancien pompier professionnel de mon savoir je n’ai jamais connu un feu d’une telle ampleur
    le bois de chêne surtout celui la se consume mais ne brule pas avec cette ampleur
    je suis d’accord pour que ce soit un attentat , si non c’est impossible
    Ca été commandite par qui ?????ou peut être par un haut placé, pour quelle raison ?
    je n’en dirai pas plus le jour de l’incendie on voit 2 personnes sur une photo en train de rigoler
    a vous de chercher

  • kostiw
    Publié à 12:11h, 29 mai Répondre

    monsieur le pompier vous avez raison mais silence !!!!!!

  • billy
    Publié à 14:18h, 05 juin Répondre

    bruler NDP pour la reconstruire mais pas n’importe comment… le parvis a déjà été vendu au groupe Auchan… sous ce parvis qui sera vitré (saint Gobain) des boutiques de luxes (Vitton, LVMH, HENNESSY etc… ) qui pourront profiter des 18 Millions de visiteurs du site…
    On imagine donc que cet incendie est accidentel, alors le hasard fait bien les choses, puisque justement, le projet décrit plus haut est dans les tuyaux depuis 2016..

    Si on regarde une société en particulier, il vaut mieux s’arrêter sur la société qui a démonté les statues la veille de l’incendie, et plus encore la société d’échafaudage… il semble que pour ces deux sociétés et son nom n’est pas un secret médiatique, un certain Mr LE BRAS soit impliqué en tant que gérant… jusque là, pas d’souci…
    Si on regarde maintenant du côté de l’associé de Mr LE BRAS… on trouve un certain Mr CIVETTA… et ce dernier étrangement est l’époux d’une certaine Mme HENNESSY… Caroline je crois…
    D’où le deuxième hasard, LVMH grand donateur devant l’éternelle magouille c’est aussi et surtout le groupe LVMH-MOET-HENNESSY.
    Deux grands pilleurs de la France : les Desmarais de la Power Corporation et Albert & Frères du groupe Bruxelles Lambert… on les connaît bien au Québec et ils ont fait un carton dans le film (YouTube) « LE TEMPS DES BOUFFONS »… les deux sont des assidus du Groupe CARLYLE… avec ça, vous devriez pouvoir commencer à trouver et comprendre ce qu’il se passe en France… Bonne enquête !!!!

Écrire un commentaire