Y a-t-il encore des Gilets Jaunes ?

Ce titre, volontairement provocateur, cherche à nous faire réfléchir tous ensemble sur l’évolution du mouvement. Ne pas voir cette évolution serait rater l’aspect dynamique et évolutif. Que cette évolution soit bénéfique est à discuter.

 

Je comprends très bien les commentaires qui ne voient dans les Gilets Jaunes que des personnes qui cherchent à obtenir des concessions sur leurs revendications. Oui, c’est vrai, mais c’était encore vrai il y a quelques semaines seulement.

Maintenant on peut voir que le mouvement a muté assez en profondeur. Des Black Blocs, qui sont évidemment par essence des révolutionnaires, se fondent dans les manifestations et commettent des violences, recherchant la bavure.

Du coup un assez grand nombre de Gilets Jaunes virent à l’ultra gauche et deviennent les fameux Ultra Jaunes. En même temps les « purs » Gilets Jaunes du début désertent les rangs, vu le peu de résultats que donnent leurs manifestations, vu la peur physique et la peur de se retrouver fichés et en taule, vu l’usure du temps et vu que manifester coûte de l’argent de semaine en semaine.

Si bien que les hordes d’aujourd’hui sont assez fondamentalement des hordes différentes du début.

 

De quelques Black Blocs du début, on est passé à un assez grand pourcentage d’ultras.

Ces ultras n’en ont strictement rien à cirer d’obtenir ou non des concessions. Ils veulent renverser le pouvoir, ils veulent la révolution. Ne pas le savoir c’est IGNORER toutes les thèses du Comité Invisible.

Juan Branco se fout allègrement des Gilets Jaunes, et réciproquement. Branco roule pour les thèses du Comité Invisible et pour les Black Blocs. Ceux qui ne le verraient pas feraient mieux de se prendre une douche froide pour les réveiller.

Alors quand on dit que le pouvoir ne comprend pas ce que veulent les « Gilets Jaunes », il sait pourtant que les forces en présence sont de 3 natures : Le pouvoir, les « purs » Gilets Jaunes et les ultra gauche (Black Blocs et Ultra Jaunes radicalisés).

 

Je vais utiliser un pourcentage pour me faire comprendre. À la fin de l’année dernière c’était 99% de purs Gilets Jaunes et donc 99% de revendications. Aujourd’hui c’est 50% de purs Gilets Jaunes, eux qui veulent des réponses à leurs revendications, et 50% d’ultra qui ne veulent que le renversement du pouvoir et se contrefoutent de concessions.

Je ne parle pas du NOMBRE d’individus de chaque sorte, je parle de la CONVERGENCE de chaque mouvement.

Nous serions tous bien avisés (je pense cordialement à l’excellent ErJiEff) de réfléchir au sens de cet article-ci.

Aucun mouvement revendicatif ne peut se déployer sans que l’ultra gauche ne s’immisce dans les manifestations et phagocyte peu à peu la pureté de départ.

 

Je vais dire que le pouvoir se moque éperdument des purs Gilets Jaunes, qui marchent tranquillement avec des pancartes en carton avec des slogans divers et des messages respectables inscrits derrière leurs gilets.

Le pouvoir CRÈVE DE PEUR devant les ultras. Et si une issue peut être trouvée, je le répète, ce sera dès que des morts vont ensanglanter l’insurrection.

Les purs Gilets Jaunes tout seuls ce sont des manifestations. La combinaison Gilets Jaunes plus Ultra c’est l’insurrection, la révolte, la révolution et la chienlit chère à De Gaulle.

J’ose proposer à mes lectrices et lecteurs de s’interroger au vu de ce que j’ai écris ici.

 

ALgarath

Écrivain, journaliste politique, polémiste, simple citoyen engagé, et retraité en sursis

1 visiteurs

3 Commentaires
  • ZAKIARI
    Publié à 05:31h, 26 avril Répondre

    Une autre version pour qui roule pour qui

    La mienne version

    Dans ce monde des ténèbres rien est pur mais tout et corrompu

    La pire des illusions et de vouloir ou de croire pouvoir changer quoique ce soit

    Votre destinations finale n’est pas de ce monde

    https://olivierdemeulenaere.wordpress.com/

  • ErJiEff
    Publié à 17:17h, 08 mai Répondre

    Algarath, vous vous en doutez, je suis comme tous en train de réfléchir sur cette problématique du devenir ; il va nous falloir du temps, pour observer et évaluer comment seront digérées les deux journées clés du 1er et du 4 mai et comment vont se dérouler les actes suivants.

    Rien qu’à voir le 4 ces manifestants encadrés d’une protection de la gendarmerie défiler triomphants à la barbe des BAC immobilisées dans les rues latérales et proclamant toujours leurs revendications sociales et institutionnelles, je suis quasiment sur que ça a dû chauffer dans les allées du pouvoir et que déjà plusieurs têtes doivent se sentir mal accrochées.
    Une première bataille a été gagnée le 1er, il n’y avait pas tant de black-blocks qu’on aurait pu croire, c’est sans doute pour cela que le régime de Macron s’est engouffré dans la faute majeure d’une violence tout de suite perçue comme gratuite, infondée et délibérément liberticide.

    Jupiteux ne sait toujours pas par quel bout tirer sur la corde, le système peux très bien imploser du simple fait de l’incompétence et de l’affolement. La phase « on lâche » est de plus en plus visible.

    À suivre.

  • ErJiEff
    Publié à 17:20h, 08 mai Répondre

    et je fais encore une faute impardonnable : le système peut bien sûr !!

Écrire un commentaire