Tant qu’à faire – Chronique des doigts de pied en éventail

Ce site est ouvert à vos commentaires et articles. Si vous désirez vous exprimer n’hésitez pas.

Qu’est ce qui reste à faire quand on n’a qu’un mince espoir, et très diffus ? Je pense que c’était le cas de milliers d’ « éveillés » au cours des vingt derrières années. Tant qu’à faire fallait passer le temps majoritairement à autre chose.

 

Jouer de la guitare, se tirlipoter le schmilblic, draguer des nanas ou des mecs si on était de la jaquette. Gagner du pognon, faire de l’astrologie ou de l’escalade, de la plongée sous-marine. Bouffer des bons trucs, lire Camus, chanter dans une chorale ou au karaoké, voyager là où il fait chaud.

 

Vint l’Internet

 

Merde ! Un accès illimité à des tas de trucs, possibilité de faire un blog, un site. De se faire insulter par des cons et remercier par certaines et certains. Ma parole en ligne ! Le pied ! Moi qui voulait diffuser le peu que je savais, le peu que j’avais compris, le peu qui a de l’intérêt après tout. Il y en a qui regardent les site porno mais ne s’investissent pas dans quelque chose d’utile. Moi je faisais les deux.

C’était une époque où je me suis évertué à recueillir, en français et en anglais, toutes les recherches sérieuses, par des chercheurs et auteurs sérieux, sur la domination par les supposées élites. J’ai restitué ici sur ce site quelques centaines de travaux dignes d’intérêt. Vous devriez les consulter. Essayez de me coller mes braves, je dirais humblement que vous avez très peu de chances.

Donc, disais-je, j’ai passé plus de 20 ans à me cultiver. J’en étais arrivé à la conclusion que, tout en sachant comment faire pour nous libérer du joug insidieux et de plus en plus resserré autour de notre cou de dominé, je ne croyais pas qu’on pouvait le faire.

J’écris sur des sites depuis 2001 et j’ai eu extrêmement peu de gens qui ont essayé de me flinguer médiatiquement. Dieu merci je n’en ai eu que 2. Vous avez bien lu. Deux et sans arguments. Des mercenaires payés par le système, mais qui ont abandonné vu que comme disait ma sœur « on répond aux imbéciles par le silence ». Je n’allais pas leur faire le plaisir de répondre à leurs délires infondés.

Mes 3 cibles prioritaires pour tout changer

 

Spécialiste en finance (je cumule aujourd’hui 42 ans) moi-même j’avais ciblé en premier la finance comme terrain indispensable à modifier. Éliminer le contrôle des banques centrales aux Rothschild, donner ainsi la politique monétaire des taux et des resserrements aux gouvernements contrôlé seulement par le Peuple, pouvoir emprunter à taux zéro à notre banque centrale, la Banque de France. Mais je savais qu’on n’arriverait jamais à prendre ce putain de contrôle aux banquiers prédateurs.

J’avais ciblé en second les médias. Une loi pour enlever leur contrôle des mains des oligarques et leur contrôle mis sous le Peuple par des mécanismes simples à mettre en œuvre. Mais comment faire concrètement ?

J’avais ciblé en troisième position la démocratie représentative, avec sa limitation sévère par la préséance de la démocratie directe, le Peuple prenant 100% des choses en mains. Là non plus je ne voyais pas du tout une issue favorable.

La chose qui me désespérait c’était l’indifférence supposée de la masse désorganisée, comme je les appelait. Blanche-Neige dormait, assoupie, alors que sœur Anne ne voyait aucun prince charmant se pointer à l’horizon.

Un beau jour en Novembre 2018

 

Un phénomène inédit. La masse désorganisée qui se réveille, Blanche-Neige qui arrête de piquer un roupillon, Macron qui se prend les Gilets Jaunes en pleine gueule. Sidéré qu’il a été le jupiter.

Non, je ne vogue pas depuis dans la félicité comme si tout était réglé. RIEN n’est réglé, mais TOUT va se régler. Il va falloir laisser du temps au temps, virer 100% de politiciens, prendre le contrôle des médias, prendre la main à 100% sur la finance.

Le Peuple a la loi de la majorité pour lui.

 

La suite dans les mois qui viennent. La parole aux Gilets Jaunes et sans doute aux Black Bloc. C’est à eux de dicter les méthodes, le rythme, les arrêts et les accélérations. Ils ont leurs figures de proue, leurs éditocrates comme Juan Branco le surdoué et Bégaudeau, qui remet les bourgeois à leur place.

Louis XIV : « C’est une révolte ? »

On lui répondit : « Non Sire c’est une révolution »

Guillotine, accusateur public, la Terreur. Et puis Liberté Égalité et Fraternité, trois objectifs qui vont peut-être enfin prendre tout leur sens.

 

ALgarath

 

 

0 visiteurs

1 Commentaire
  • molly
    Publié à 20:08h, 09 avril Répondre

    La victoire est encore loin on continue a payer tout toujours plus et pas grand chose evolue dans notre sens.

Post A Reply to molly Cancel Reply