Et nos descendants ? Chronique de réflexions diverses

Je vous conseille de zapper. Vous avez beaucoup mieux à faire me semble-t-il que de lire cet article atypique et sans doute chiant, qui sort complètement du cadre de ce que je fais sur ce site.

 

On pourrait dire que ce sont des états d’âme, mais ça n’en sont pas. Je suis pour ainsi dire invulnérable aux états d’âme. Onze ans de pensionnat dans ma prime jeunesse m’ont en quelque sorte immunisé aux états d’âme et équipé d’une carapace protectrice. Ce qui m’a plus servi que desservi je pense.

J’arrive à un âge, 70 ans, où on sait qu’on est dans une dernière ligne droite.

 

Comme beaucoup de vous, chères lectrices et chers lecteurs, à 20 ans je me croyais indestructible. Certains de mes amis et certaines de mes amies le croyaient aussi. Résultat des SIDA, de l’alcoolisme, de la drogue et de la fumée. On tire sur des clopes à répétition et on se bousille les poumons ou la gorge et la langue, et aussi le cerveau. Pas moi.

Je ne bois pas, je ne fume pas, je ne prends aucune drogue, je ne mange pas de junk food, pour ainsi dire pas de viande, aucun alcool, je vais mourir en parfaite bonne santé je crois. Du moins j’ai mes chances…

Non, moi mon truc c’est le désir d’une certaine équité pour mes semblables.

 

Ça oblige à des arbitrages qui sont déchirants, du genre : Est ce que je pense qu’il faudrait accueillir des millions de migrants en ouvrant les frontières ou est ce que je ne dois penser qu’à mes concitoyens ? En voilà une putain de bonne question.

Une autre question : Est ce que je dois m’engager, lutter avec mes petits moyens pour défendre ce qui semble peut-être éculé : La liberté, l’égalité et la fraternité.

L’Internet m’a fourni un outil redoutable pour assouvir ma passion de m’exprimer au plus grand nombre et de vibrer en harmonie avec beaucoup de semblables, intéressés (ées) peu ou prou par les mêmes problématiques humaines et animales.

J’ai été marqué à un jeune âge par certains bouquins que j’ai dévorés

 

La lecture répétée (littéralement plus de 100 fois) du « Matin des magiciens » de Pauwels et Bergier m’a décollé la pulpe du fond quand j’avais 15 ans. Est venu, grand merci, l’amour pour les travaux d’Henri Laborit et la lecture des livres d’Éric Fromm. « Avoir ou être » m’a convaincu qu’il fallait être, mais aussi avoir. J’ai eu une belle carrière (avoir) mais j’en ai sacrifié beaucoup, pour « être ». Laborit et Fromm m’ont littéralement moulé et je leur en suis reconnaissant. J’aurais pu être très con, mais je ne suis que con. Moyennement con. J’ai échappé grâce à eux au pire oserais-je dire. C’est moins mal que si ça aurait pu être pire !

La vie est un paysage donné à l’instant T et soit on se pose définitivement soit on migre progressivement

 

Imaginez un paysage, parfois plat ou vallonné, parfois escarpé, parfois sombre et parfois lumineux et heureux. On arrive à un endroit précis à chaque étape de notre vie, où nos valeurs se réfléchissent dans un système cohérent. On se pose là, et on vit dans un système entouré de barrières. Tout va bien, c’est là qu’on est sûr de tout.

Si le doute nous assaille, on repousse une barrière et notre merveilleux système prend l’eau. Merde, on doute sur certains sujets. Alors on repousse la barrière, on évolue jusque quand la barrière se fixe. Ça va mieux. Et le processus se répète pour certains. Pour d’autres, ils restent enkystés à un endroit et ça devient des cons, incapables d’évoluer. Ne riez pas c’est une bonne proportion d’humains qui est comme ça.

Moi j’ai migré par étape successives et vous savez quoi, je pense que vous avez fait pareil dans l’ensemble. Si c’est votre cas, vous avez pris la vie comme il faut.

Voici venir la mort et la peur de la maladie

 

La grande peur c’est de devenir un légume, physiquement ou avec Alzheimer ou une catastrophe du même genre. La mécanique, merveilleuse ou pas, qui déraille. C’est Dieu ou autre chose qui va décider de notre sort, plus les années avancent.

Serais-je encore ici à écrire pour vous et partager, ou serais-je remisé dans une maison de retraite au Québec ?

Pas peur de mourir mais terrifié d’arrêter d’exister soit que mon corps déconne soit que ma tête se met aux abonnés absents.

Bon, après cette (lamentable ?) débauche de sujets personnels, et je m’en excuse même si je l’assume, je veux dire que je vois clairement que nous sommes en train d’éradiquer notre planète et notre civilisation.

 

J’échapperai au pire, mais mes descendants (j’ai des enfants : 42 ans, 40 ans, 32 ans et 28 ans) et de charmantes petits enfants. Je suis très soucieux pour leur avenir sur cette planète.

 

ALgarath

 

 

 

1 visiteurs

3 Commentaires
  • ZAKIARI
    Publié à 05:55h, 06 avril Répondre

    BJR A vous

    La vie ces un champ d’expériences
    Nos vies votre vie corresponds a la sommes de nos multiples champs d’expériences déjà vécus
    C pour cette raisons que l’on peu affirmer que l’on a la vie que l’on mérite

    Homme qu’a tu fais de ta vie

    C’est grâce a ces expériences de nos vies que vous conscientiserez et découvrirez la structure divine qui es en vous dans presque chaque êtres humains

    Hommes ou va tu

    C sr terres que nous expions nos erreurs

    Hommes d’où viens tu

    C sr terres que nous devons conscientiser notre véritable origine

    Bonne Journée a vous

    Rien n’est le fruit du hasard même les changement qui arrivent vont vous permettre de vous poser les bonnes questions

    C Consciemment que vous êtes partie c en pleine conscience que trouverez le chemin vers notre patrie originelle

    Si ma mémoire est bonne il a dit (mon royaume n’est pas de ce monde ) et il nous a montrer le chemin

    Je peu vous affirmer qu’il existe ce processus

  • jipé
    Publié à 14:59h, 06 avril Répondre

    Avec votre hygiène de vie,Algarath,en théorie je vous vois atteindre un âge vénérable.Tout dépend de vos croyances.
    En ce qui concerne nos descendants,je crains le pire.

  • Slocum
    Publié à 15:41h, 06 avril Répondre

    Bonjour Algarath,
    De la même génération que vous, je partage les mêmes préoccupations, surtout en ce qui concerne les jeunes générations dont une bonne partie ne semble pas encore avoir pris conscience des véritables problèmes à venir (je le vois tous les jours).
    La chute sera très difficile pour eux.
    Alors je fais mon possible pour leur préparer un territoire de repli quand le moment sera venu
    Bien à vous

Écrire un commentaire