Cueillez dès aujourd’huy les roses de la vie

Sauf ceux d’entre nous servis par la Nature (Alain Delon ?) on s’est pris des râteaux. Entendez par là se faire rembarrer par des jolies nanas. Alors quand on s’appelle Ronsard on écrit un poème pour inciter la meuf en question à accéder aux fantasmes du poète. Baudelaire a écrit la même chose avec « la charogne ».

 

L’histoire ne dit pas si Hélène finit par céder !

 

Cueillez dès aujourd’huy les roses de la vie

Pierre de Ronsard

 

Quand vous serez bien vieille, au soir, à la chandelle,
Assise aupres du feu, dévidant & filant,
Direz, chantant mes vers, en vous esmerveillant,
Ronsard me celebroit du temps que j’estois belle.

Lors vous n’aurez servante oyant telle nouvelle,
Desja sous le labeur à demy sommeillant,
Qui au bruit de mon nom ne s’aille resveillant,
Bénissant vostre nom de louange immortelle.

Je seray sous la terre: & fantôme sans os
Par les ombres myrteux je prendray mon repos ;
Vous serez au fouyer une vieille accroupie

Regrettant mon amour & vostre fier desdain.
Vivez, si m’en croyez, n’attendez à demain :
Cueillez dés aujourd’huy les roses de la vie.

Pierre de Ronsard, Sonnets pour Hélène, 1578

0 visiteurs

2 Commentaires
  • Le rougest de l'isles
    Publié à 17:03h, 06 avril Répondre

    Ma mie, de grâce, ne mettons
    Pas sous la gorge à Cupidon
    Sa propre flèche
    Tant d’amoureux l’ont essayé
    Qui, de leur bonheur, ont payé
    Ce sacrilège…

    J’ai l’honneur de ne pas te demander ta main
    Ne gravons pas nos noms au bas d’un parchemin…

    Point de vue de jardinier !

  • Slocum
    Publié à 10:35h, 07 avril Répondre

    Immortel, le grand Georges…

Écrire un commentaire