L’insurrection se justifie, indispensable, et quémander ne mène à rien

Qu’est ce que les syndicats et les partis d’opposition ont obtenu en 40 ans ? RIEN ! Les Gilets Jaunes ont obtenu beaucoup en une seule fois, et le « grand débat », qui n’aurait pas eu lieu sans les Gilets Jaunes, va obtenir encore des concessions du pouvoir.

 

Quémander ne sert à rien, et le pouvoir avait même éliminé le problème des syndicats, et gardé sous l’étouffoir l’Assemblée Nationale, sauf le Sénat ! Par contre l’insurrection marche ; elle est pourtant régie par la loi et l’article 412-4 que voici :

Article 412-4

 

Modifié par Ordonnance n°2000-916 du 19 septembre 2000 – art. 3 (V) JORF 22 septembre 2000 en vigueur le 1er janvier 2002. Est puni de quinze ans de détention criminelle et de 225 000 euros d’amende le fait de participer à un mouvement insurrectionnel :

 

1° En édifiant des barricades, des retranchements ou en faisant tous travaux ayant pour objet d’empêcher ou d’entraver l’action de la force publique ;

 

2° En occupant à force ouverte ou par ruse ou en détruisant tout édifice ou installation ;

 

3° En assurant le transport, la subsistance ou les communications des insurgés ;

 

4° En provoquant à des rassemblements d’insurgés, par quelque moyen que ce soit ;

 

5° En étant, soi-même, porteur d’une arme ;

 

6° En se substituant à une autorité légale.

 

Une partie des Gilets Jaunes se radicalise et œuvre de concert avec les Black Blocs, experts de l’insurrection.

En répliquant par la violence policière et judiciaire, le pouvoir finira par tuer des insurgés et devra démissionner. C’est hélas ce qui va arriver tôt ou tard, l’opinion publique dans sa majorité exigera le départ de ce pouvoir. Pas les bourgeois qui, apeurés, soutiennent la répression même extrême. Il faudra s’occuper de ça avec des procès en temps et en heure.

ALgarath

 

 

0 visiteurs

Aucun commentaire

Écrire un commentaire