Le Cercle Pinay : Pages 1 à 4 sur 164 pages

Le Cercle Pinay est un sujet qui mérite toute l’attention des chercheurs de vérité. Tout simplement parce qu’il a joué et joue encore un rôle prédominant dans l’organisation secrète du monde, rien de moins.

 

On voit bien que beaucoup de gens reconnaissent assez bien le rôle néfaste des Rothschild, des médias complices, des instituts de sondage et des oligarques, par exemple, ainsi que du Bilderberg. Mais le rôle profondément néfaste et criminel du Cercle Pinay est quasiment totalement inconnu. Et pourtant, croyez-moi il faut s’y intéresser !

C’est pourquoi Algarath vous le présente en détail dans une série d’articles. Celui-ci comporte 164 pages, que je mets en ligne progressivement puisque c’est beaucoup de préparations pour moi et je le fais par épisodes. Chaque article suivant vous en donne plus. Celui d’aujourd’hui présente les pages 1 à 4 sur un total à venir de 165 pages. Le prochain sera 1 à 8, et ainsi de suite.

 

*****

Présentation du Cercle

 

Le Cercle est un groupe de discussion secret, à financement privé et transnational, qui se réunit régulièrement dans différentes parties du monde. Des politiciens, des ambassadeurs, des banquiers, des hommes d’affaires douteux, des experts en pétrole, des rédacteurs en chef, des éditeurs, des officiers de l’armée et des agents du renseignement, qui ont pris ou non leur retraite, assistent à la réunion.

Les participants viennent de pays occidentaux ou orientés vers l’ouest. De nombreux membres importants ont tendance à être affiliés aux cercles aristocratiques de Londres ou à des éléments obscurs au sein du Vatican. Les accusations de liens avec le fascisme et le synarchisme sont tout à fait exceptionnelles dans ce milieu.

Le plus grand ennemi du Cercle est l’Union soviétique et ses membres mènent une croisade contre la subversion communiste depuis de nombreuses décennies. Au cours de ce processus, les membres du Cercle ont malheureusement accusé presque tous les gouvernements nationalistes et socialistes, tous les syndicats, tous les terroristes et tous les enquêteurs sérieux des services de renseignement occidentaux d’être au lit avec le KGB.

Le Cercle et l’Union Européenne

 

En outre, le Cercle est également fortement axé sur la construction européenne, en revenant sur les efforts de ses premiers membres pour amener le rapprochement franco-allemand. La présence significative de membres de l’Opus Dei et de Chevaliers de Malte affiliés à une Paneuropa, ainsi que les déclarations du Vatican et d’Otto von Habsburg, indiquent clairement qu’un programme à l’arrière-plan est prévu pour créer un jour un nouvel empire saint-romain, dont les frontières s’étendent de l’Atlantique à la mer Noire et de la mer Baltique à l’Afrique du Nord.

Il est intéressant de noter que la dernière génération de membres du Cercle britannique, dont les prédécesseurs souhaitaient adhérer à l’Union européenne, fait maintenant tout ce qui est en son pouvoir pour tenir la Grande-Bretagne à l’écart du super-État européen en émergence. Après avoir perdu confiance, elles peuvent devenir une force significative en Europe. Leurs associés américains souhaiteraient cependant qu’ils poursuivent leurs efforts pour pénétrer dans l’alliance franco-allemande et, éventuellement, nouer une nouvelle alliance anglo-allemande.

Il semble qu’une guerre froide sévit en Europe. Celle qui n’implique pas directement les Soviétiques.

Origines

 

Le Cercle était connu sous le nom de Cercle Pinay, ou Cercle Pinay par ses fondateurs français d’origine. Bien que le groupe porte le nom d’un homme d’État français Premier ministre de mars à décembre 1952, son véritable organisateur était Jean Violet, proche collaborateur du Pinay depuis 1951 (1).

Jean Violet a un passé trouble pour le moins. Dans la littérature française, puis anglaise, Violet est nommée membre du Comité pour l’action révolutionnaire (CSAR), un groupe fasciste secret qui, comme la franc-maçonnerie, avait ses propres rites d’initiation (2). Certains auteurs ont suggéré que le CSAR, connu à l’époque sous le nom de Cagoule, était l’une des branches les plus importantes du légendaire Mouvement Synarchiste d’Empire et s’efforçait de saper la République française dans la perspective de la prochaine invasion nazie(3).

Quelle que soit la vérité qui puisse être trouvée dans cette affirmation, il est connu que Jean Violet a été arrêté après la guerre pour avoir collaboré avec l’ennemi. Il a toutefois été libéré «sur ordre d’en haut» (4), est allé travailler comme avocat à Paris et a décidé de devenir membre de l’Opus Dei (ou, éventuellement, d’abord, ce qui a abouti à sa libération). En 1951, Violet est entrée en contact avec Antoine Pinay, un catholique également au lit avec l’Opus Dei, qui lui a demandé de résoudre un problème avec une entreprise genevoise qui avait été assiégée par les nazis pendant la Seconde Guerre mondiale.

Pinay a été tellement impressionné par la façon dont Violet a géré sa mission qu’il l’a recommandé aux services de renseignement français SDECE (5). En outre, Violet parvint bientôt à rencontrer des personnalités de l’Opus Dei, comme Alfredo Sanchez Bella et Otto von Habsburg (6), qui avait fondé le Centre européen de documentation et d’information (CEDI)en 1949 (7).

Habsburg a été président à vie de CEDI, puis de l’Union paneuropéenne. Sanchez Bella était l’ambassadeur d’Espagne à Rome auprès de Franco dans les années 1960, tandis que son frère dirigeait l’Opus Dei en Espagne (8). Violet est également devenu associé du père Yves-Marc Dubois, haut responsable des renseignements du Vatican et éventuellement de son chef (9).

Le CEDI a été l’un des premiers d’une longue lignée d’institutions de droite extrême, souvent aristocratiques, à faire partie du réseau Vatican-Paneuropa. Une de ces institutions, fondée par Antoine Pinay et Jean Violet, est devenue le Cercle Pinay. Outre son établissement « quelque part dans les années 1950 » (10), la date exacte reste inconnue. L’affirmation selon laquelle le Cercle Pinay a été créé en 1969 (11) est fausse et a probablement été confondue avec le Cercle des Nations de Belgique, créé cette année par un secrétaire général de CEDI (12).

Violet était l’un des rares membres français de ce Cercle des Nations (13) à faire partie du même réseau Opusian Vatican-Paneuropa. La foule du Cercle des Nations a figuré dans un certain nombre de complots belges et certains ont été impliqués dans le « réseau Dutroux » qui n’existerait pas. Un peu plus à ce sujet plus tard.

Comme beaucoup d’autres, Pinay et Violet ont compris que la réconciliation franco-allemande constituerait la base d’une Europe stable et unie. Ils ont donc recruté dans leur cercle les personnalités les plus importantes travaillant dans ce but.

 

D’Allemagne, ils ont invité le chancelier et ministre des Affaires étrangères de longue date, Konrad Adenauer, et deux de ses plus proches collaborateurs, Franz Joseph Bach, qui dirigeait le bureau d’Adenauer; et Franz Joseph Strauss, personnalité politique controversée de la Bavière qui était ministre de la Défense dans le deuxième cabinet d’Adenauer.

Premiers membres du Cercle représentant l’Union paneuropéenne, la Communauté européenne du charbon et de l’acier, la France, l’Allemagne et l’Italie. Andreotti n’était pas un membre fondateur. Les autres l’étaient.

Robert Schuman et Jean Monnet, en plus de Pinay, ont été recrutés en France. Schuman avait été Premier ministre français de 1947 à 1948 et ministre français des Affaires étrangères de 1948 à 1953.

Jean Monnet, Commissaire chargé de la Planification du Conseil économique national de 1945 à 1952, et nommé par De Gaulle, effectua un travail essentiel pour la reconstruction de l’Économie française. Il était connecté aux plus hautes sphères financières et politiques d’Amérique du Nord, du Royaume-Uni et d’Europe occidentale et était l’un des principaux acteurs de la volonté d’une Europe intégrée au lendemain de la Seconde Guerre mondiale.

En tant que vice-président fondateur du Comité de coopération économique européenne (CEEC), qui supervisait l’aide du plan Marshall, il était l’acteur le plus influent de cette organisation. Cette courte description ne commence même pas à décrire la vie de cet extraordinaire Français, alors jetons un regard plus approfondi sur lui.

Pinay et surtout Violet étaient les fondateurs officiels du Cercle, Habsburg, vice-président de l’Union paneuropéenne sous Coudenhove-Kalergi, agissant en tant que mécène de Violet. Ces hommes ont d’abord réuni Schuman, Monnet, Adenauer et plusieurs autres personnes. Tous ces hommes, à l’exception de Monnet, étaient membres ou sympathisants de l’Opus Dei.

L’empire financier de Pesenti, qui n’a aucun lien direct avec l’Opus Dei, a été financé par la Banque du Vatican. Il s’est révélé être le plus grand actionnaire minoritaire de Banco Ambrosiano lors de son effondrement en 1982. Monnet, le seul parmi ces noms, fut connecté aux grands banquiers de Londres et de New York et était secrétaire général de la Société des Nations. N.b. Pesenti n’était peut-être pas un membre fondateur, mais était un acteur de premier plan dans les années 1960, présidant des réunions et invitant David Rockefeller. Plus tard, il a également financé une partie du travail de Violet et Crozier.

 

 

0 visiteurs

2 Commentaires
  • Hannibal
    Publié à 10:27h, 02 mars Répondre

    Grand merci pour ce travail. Un lecteur.

  • algarath
    Publié à 10:35h, 02 mars Répondre

    Merci A-M, je pense vraiment que le Cercle Pinay doit être connu de plus de gens.
    JP ALgarath

Écrire un commentaire