On en a marre de Dupond-Moretti

Éric Dupond, c’est son vrai nom, car ajouter Moretti lui a permis de doubler ses tarifs, est la terreur des mouches à merde des prétoires, et notamment ses confrères et certains juges influençables. Sans doute son allure d’ours mal léché.

 

Regardez-le, écoutez-le. Son aspect bourru et sa grande gueule constituent son style assez répulsif, où le vulgaire le dispute à l’absence de classe, ses formules stéréotypées l’ont propulsé au statut de vedette.

Preuve que là aussi il suffit de faire illusion pour devenir friqué, et se croire autorisé à s’exprimer sur des sujets divers. Ses avis, pourtant, on s’en fout.

Il est issu du même coin que moi, le Nord, et je l’ai croisé deux ou trois fois dans des cocktails, mais je n’ai jamais ressenti l’envie de lui serrer la main. Pas mon genre ! Trop mal élevé, inspirant une forme de dégoût tant physique que pour sa dégaine et ses diarrhées verbales soigneusement calculées pour le poser. Toujours prêt à démarrer un pissing contest, une confrontation qu’il recherche et qui l’a mené là où il est au lieu de devenir dame pipi comme sa maman (Moretti).

Il est en permanence en mal de notoriété que ça en devient chiant. C’est ce qui l’a poussé à exprimer son ras-le-bol des Gilets Jaunes. Et ça me pousse à exprimer également mon ras-le-bol pour ce parvenu devenu très bourgeois et représentant de la France d’en haut.

Un « baveux » qui bave beaucoup, et pas du premier choix.

 

ALgarath

 

0 visiteurs

Aucun commentaire

Écrire un commentaire