La fausse récurrence, généralisation bien pratique, et le philosophe insulté

Un des moyens infaillibles pour détecter un con c’est de l’écouter généraliser. Par exemple : Les belges sont des idiots, les blondes sont bêtes, les américains sont des dominateurs et les Juifs tiennent toute la finance.

 

Généraliser, c’est faire une fausse récurrence. Par exemple Maurice est homosexuel et c’est mon ami, donc je ne le laisserai pas coucher chez moi puisque mon neveu de 15 ans passe le week-end à la maison et Maurice va essayer de le mettre à son tableau de chasse. Puisque Maurice est homosexuel il souffre d’un apriori négatif.

Fistule Crotte, le philosophe connu pour sa défense mordicus du sionisme, et pourquoi pas, vient de se faire copieusement insulter alors qu’il se trouvait en lisière d’une manifestation de Gilets Jaunes. À ces mots on cria haro sur les baudets. Levée unanime de boucliers, c’est sûr que ce sont les Gilets Jaunes qui sont antisémites. En fait c’est une généralisation pratique pour les discréditer, une fausse récurrence. Deux jours plus tard on a identifié le CV du vrai coupable et on sait qui il est.

Selon « le Parisien », un des manifestants qui a insulté le philosophe et écrivain, samedi, aurait été identifié comme étant connu des renseignements. « Tu es un haineux. Tu vas mourir. Tu vas aller en enfer », l’entend-on notamment crier à Alain Finkielkraut sur une vidéo diffusée par Yahoo!Actualités. Samedi, en marge de la manifestation parisienne, acte 14 des « gilets jaunes », le philosophe et écrivain a été victime d’insultes antisémites. Parmi les personnes qui l’ont insulté, un homme barbu, visage découvert, lui adresse, entre autres, ces propos.

Le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner a ensuite annoncé sur Twitter qu’un suspect, « reconnu comme le principal auteur des injures », avait été « identifié » par ses services.

Jamais inscrit au FSPRT

 

Selon « le Parisien », l’homme barbu, qui aurait été identifié par un policier, est « connu des services de renseignement pour avoir évolué en 2014 dans la mouvance radicale islamiste ». Le quotidien précise toutefois qu’il n’a jamais été suivi au titre du FSPRT (fichier des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste). Dimanche soir, toujours selon le quotidien, cet homme, ni aucun autre auteur d’insultes, n’avait été interpellé.

Dimanche, le parquet de Paris a ouvert une enquête pour « injure publique en raison de l’origine, l’ethnie, la nation, la race ou la religion » après les insultes antisémites dont Alain Finkielkraut a fait l’objet. L’enquête a été confiée à la brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP). Le philosophe, se considérant comme « ni victime ni héros », a dit qu’il ne porterait pas plainte. « J’ai ressenti une haine absolue, et malheureusement, ce n’est pas la première fois », a-t-il par ailleurs notamment témoigné auprès du « JDD ».

La Licra va saisir la justice

 

La Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme, la Licra, a quant à elle annoncé son intention de saisir la justice. Interrogé par « le Parisien », l’avocat et président de la Licra David-Olivier Kaminski a déclaré : « L’injure publique à caractère antisémite ou raciste est punie par la loi du 29 juillet 1981. […] Il est aujourd’hui grand temps qu’un plan Marshall contre l’antisémitisme stoppe ce cancer qui fait mal à la France. »

0 visiteurs

Aucun commentaire

Écrire un commentaire