Comprendre et Résoudre, tout est là

Je ne suis pas le seul, mais tout le monde ne l’est pas. Je fais partie de ceux qui considèrent comme essentielles la compréhension et la résolution de tout, et en tout. Et vous ?

 

Je n’aborderai pas aujourd’hui le problème de la compréhension, je le ferai sans doute dans un autre article. Par contre je m’étendrai sur la résolution, au sens de résoudre une énigme, un problème, une phrase musicale par exemple.

Résoudre une phrase musicale, et les 4 degrés de la connaissance

 

Ceux qui jouent du jazz, l’ayant appris avec un maître ou l’ayant découvert eux-mêmes, savent que cette musique est basée sur les résolutions. La quasi totalité des morceaux sur lesquels on improvise sont créés avec des cadences II-V-I, ou des fausses résolutions II-V. Quand on joue avec un débutant ou un intermédiaire, on voit qu’ils n’arrivent pas à résoudre. Et quand ils savent le faire, ils n’arrivent pas à lier une improvisation pour naviguer de façon jolie et musicale entre les séquences de résolution. Moi je joue du jazz à un niveau semi-pro depuis 60 ans, mais je sais résoudre correctement depuis 50 ans et je sais lier les phrases musicalement depuis 25 ans.

J’ai franchi les 4 degrés de la connaissance. Ces 4 degrés s’appliquent dans tout, dans la musique, dans la cuisine, dans le sexe, dans les langues, etc. Ce sont :

Degré 1 : Inconscient – Non outillé (On n’est pas conscient de ce qu’il faut faire et notre technique est très faible.

Degré 2 : Conscient – Non outillé. C’est le niveau de beaucoup de gens, un niveau dangereux. On est nul.

Degré 3 : Le pire de tout : Conscient – Outillé. C’est le niveau de 90% des gens. Le fait d’être conscient rend laid et inutile ce qu’on fait, même si c’est techniquement formidablement exécuté.

Degré 4 : La Maîtrise : Inconscient – Outillé. On a à la fois une maîtrise subconsciente et c’est un étage inédit du cerveau qui dirige, et notre technique va du très bon au sublime. On dit par exemple que la culture c’est ce qui reste quand on a tout oublié.

La résolution des informations diffuses

 

Exemple, vous lisez des centaines de sources d’info.

Là on doit comprendre ce qu’est l’intelligence au sens étymologique. C’est inter-leggere, ce qui veut dire connecter. C’est en connectant des dizaines voire des centaines ou des milliers de petits bouts, insignifiants pris individuellement, qu’on arrive à une interprétation.

Si on n’est pas au niveau 4, on raconte souvent des conneries. Je pense que si un auteur dans un site ou un blog ne sait pas résoudre, on n’a pas besoin de lui plus qu’une rougeur sur nos couilles (expression américaine : I don’t need it more than a rash on my balls).

La résolution d’un thème astral

 

Même chose. Des influences contraires dans ce qu’on appelle les transits ou dans les aspects de naissance doivent faire l’objet d’une interprétation pour une conclusion qui tient debout. Il vaut mieux être au niveau 4 car avant on n’est qu’un bidouilleur qui ne comprend rien à l’astro.

Chacune et chacun savent très exactement à quel niveau ils se situent sur l’échelle. Chacune et chacun savent aussi s’ils savent résoudre.

Amen !

ALgarath

 

 

41 visiteurs

2 Commentaires
  • Le rougest de l'isles
    Publié à 17:33h, 11 février Répondre

    Je perçois à travers cette intervention que pas suffisamment de personnalités font l’ENA !

    Il faut d’urgence ouvrir des succursales et rapprocher l’école de lieux d’habitations ou l’on « comprend » et « résoud ».

    Paris 15ème, arrondissement du domicile de monsieur Benlala me parait une priorité….

  • Midy de la grainerie
    Publié à 17:43h, 11 février Répondre

    Pas du tout, mon cher !

    Relisez : https://www.wikiwand.com/fr/Mythe_de_l%27utilisation_incompl%C3%A8te_du_cerveau

    en français : le mythe de l’utilisation incomplète du cerveau … auquel notre hôte a échappé malgré sa domiciliation lilloise et son attrait pour « Anthropos » une association hémiplégique du Nord !

    Parce que pour comprendre (d’une part) et résoudre, de l’autre, il faut être deux ! Et heureusement que la science nous a tiré de l’ornière pour éclaircir le problème…

Écrire un commentaire