Le Grand Chambardement est jaune

L’espoir est habituellement vert, la mort est noire, les feux sont tricolores. Mais le jaune a envahi notre futur, celui de la Nation, celui du Peuple souverain ! On était arrivé en 2018 à ce qu’il ne se passe plus rien. Rien que le train-train depuis des décennies.

 

La droite remplaçait la gauche, puis c’était la gauche, en 1983 la gauche virait au néolibéral. En attendant l’Europe tuait la Nation, les Français de souche populaire se retrouvaient à 60% de la population dans la France périphérique et allaient vers leur descente aux enfers. Asphyxiés par un budget jamais bouclé, plus d’infrastructures pour leur transport, plus d’hôpitaux, de maisons de retraite, de maternités, etc.

La France d’en haut, détachée et indifférente, profitait de la globalisation. La France d’en bas en crevait. La richesse se déplaçait de manière irréversible vers les riches et les plus démunis étaient paupérisés.

Les syndicats ne servaient plus à rien, les ailes coupées par le patronat grand vainqueur. Les partis politiques d’opposition ne s’opposaient que par le verbe, dans un jeu de théâtre convenu et complice. La partie du Peuple grand perdante s’acheminait vers une fin au sein même de cette civilisation scindée.

Tout espoir semblait perdu pour les observateurs qui constataient la déchéance sociale de plus de la moitié des Français.

La désaffection d’une grande partie des électeurs potentiels pour ce jeu pervers de la « politique » (ah bon) gangrénait les restes en pourrissement de la démocratie. Mais la démocratie participative était nulle, la représentative étant occupée par les profiteurs, des oligarques aux patrons, des politicards à la caste synarchique.

Et alors, et alors ! : Zorro n’est pas arrivé de noir vêtu sur son cheval, mais le jaune a coloré les ronds-points et Paris, et le coeur de ceux qui en ont un.

 

Rien, évidemment, ne sera plus jamais comme avant, sauf à rectifier le tir en profondeur et rééquilibrer la justice sociale. Peu importe les avis, les opinions, les jugement de la France d’en haut, des médias vendus. Peu importe les tentatives de récupération des partis qui ont perdu pied définitivement.

Je fais probablement chier beaucoup de lecteurs à mettre en ligne des articles sur les Gilets Jaunes. J’en suis conscient et je m’en fous. Ne reste qu’un noyau de purs, de durs, celui qui m’intéresse.

Le vieux lutteur que je suis a été écouté là haut pour voir enfin les choses bougées, le grand chambardement s’opérer. Merci ô mon Dieu !

 

Algarath

 

0 visiteurs

1 Commentaire
  • jipé
    Publié à 10:38h, 30 janvier Répondre

    Vous avez raison Algarath,de remercir Dieu/l’Univers,sinon comment expliquer le réveil de la France?

Écrire un commentaire