Le « grand débat », grande mascarade

Il n’est pas mort car il bande encore ! On a rassemblé des guignols présélectionnés et on leur a demandé de porter une écharpe tricolore. On a mis au milieu un jeune inspecteur des finances à la parole facile pour cracher son venin, adoubé par les oligarques et la synarchie.

 

Et, surtout, on a les médias qui racontent combien il est intelligent, brillant et que parler six heures d’affilée sans débander faut avoir une bite en acier et les couilles qui vont avec. Quel exploit qu’il fait le wonder boy ! Rien que ça justifie qu’on l’ait placé là. Y’a que lui qui pouvait y arriver !

 

Sauf que ! Sauf que s’il faut débattre il faut le faire avec les intéressés. Tu vois le beugue, chère lectrice et cher lecteur, ou alors toi aussi les macronades vous ont obscurci l’esprit. Faut dire que les médias, ça en baise plus d’un.

On nous fait croire que les Gilets Jaunes ont rempli des carnets de doléances remis aux maires. Ah ouais ! Mais alors pourquoi ne pas PARLER avec les Gilets Jaunes en direct ? Pourquoi les ignorer au point de ne pas même les nommer et expliquer que c’est mieux de parler à des intermédiaires. Il vaut toujours mieux de parler à Dieu plutôt qu’à ses saints. Ici c’est l’inverse.

En plus non seulement on les ignore mais on les éborgne, les tabasse et leur fait éclater les mains et les os avec du TNT.

Le pire c’est que tout le monde semble trouver ça normal

 

Cette méthode tordue de Macron pue évidemment la manip. Ses motivations de faire un « grand débat » puent la manip. C’est qu’il est futé, la caricature de Jupiter. Mais il a tout faux : Pas la bonne méthode, un débat monologue au lieu de s’asseoir à la table, et pas les bons interlocuteurs, des maires intermédiaires au lieu des Gilets Jaunes.

Dans l’intervalle, on va éborgner et exploser des mains. Pour dire dans trois mois que après avoir sincèrement essayé de comprendre, on ne peut pas faire quoi que ce soit.

Dans ce contexte, on comprendra que les actes vont se suivre, sans toutefois se ressembler. Des ronds-points, des manifs à Paris, des Nuits Jaunes, et que sais-je encore.

 

Algarath

 

0 visiteurs

Aucun commentaire

Écrire un commentaire