Pourquoi je suis optimiste

Plus qu’optimiste béat, je suis lucide sur ce qui se passe en ce moment avec les Gilets Jaunes. Sans doute est ce parce que j’observe le couple dominants / dominés depuis près de cinquante ans.

 

Dieu sait si j’ai critiqué, montré du doigt, démontré, désossé les mécanismes de domination des puissants, des financiers internationaux. Tout cela reste d’actualité car rien n’est changé de ce côté là. Ce n’est donc pas la raison d’un optimisme quelconque.

Dieu sait si j’ai critiqué l’inutilité et même l’influence néfaste des médias, des syndicats et des partis politiques. Tout cela reste plus que jamais d’actualité car ces trois entités de faux-nez continuent leur travail contre le Peuple. Ce n’est donc pas non plus la raison d’une dose d’optimisme.

Oui je suis optimiste parce que depuis cinquante ans j’ai conchié le Peuple, que j’appelais « masse désorganisée ». Je n’avais aucune confiance en lui pour secouer ses chaînes. Je lui ai mis pendant 50 ans sur le dos la responsabilité de notre malheur et de la profondeur de notre domination et de notre impuissance.

Mais je m’étais lourdement trompé. Le phénomène des Gilets Jaunes vient radicalement me détromper. J’avais tort ! Le Peuple, que je croyais endormi, pas du tout conscient de son état de dominé, peureux, effrayé, sans couilles, réduit à l’état de moutons domptés, ce Peuple se dresse de façon formidable contre la tyrannie.

Alors que ceux qui étaient censés le faire, médias, syndicats et politiciens, ne faisaient strictement rien, le Peuple a pris sa rébellion en main.

Je ne crois pas une seule seconde et le moins du monde que cette rébellion a été instrumentalisée par les puissants pour resserrer leur emprise. Je pense que cette opinion complotiste est totalement erronée.

La crise financière qui vient n’a absolument rien à voir avec un quelconque mouvement populaire. Lier les deux phénomènes, selon moi, est une indication du manque de discernement et d’analyse de ceux qui s’y livrent, ceci dit en toute amitié.

 

Algarath

 

1 visiteurs

Aucun commentaire

Écrire un commentaire