Les communicants, pièges à cons. Les « body bags » arrivent à Paris et aux ronds points.

On comprend ce que sont à peu près tous les métiers. Il y en a un pourtant que, si on voit ce que ça veut dire, on ne le comprend que trop : Les communicants qui écrivent les discours et les présentations des hommes politiques et qui façonnent leurs interventions verbales quand ils vont serrer des pinces en public.

 

Je mets en ligne cette vidéo en fin d’article qui montre un communicant type, interviewé d’ailleurs par une journaliste qui n’a pas inventé le fil à couper le beurre vu les questions stupides qu’elle pose.

Quand on écoute ce communicant et même s’il dit des choses qui tiennent, on voit qu’il est beugué à 100%. Que dit-il ? Il dit qu’en changeant de communicant Macron arriverait à redresser la barre vu qu’il mentirait parfaitement dans la forme !

 

On en est là ! La communication passerait devant la politique, la forme devant le fond et en mentant mieux on fera passer n’importe quelle politique perverse et inique.

D’où le titre de cet article, au demeurant vulgaire, mais qui dit bien ce qu’il veut dire. D’ailleurs la vulgarité c’est la marque de ce petit inspecteur des finances, adoubé par Rothschild et les oligarques, piloté par Attali, le faux cul qui se prétendait ami de Coluche. Il y a de la vulgarité et de l’extrême violence dans la forme et dans le fond chez Macron.

On va se laisser aller à un pronostic même si ça n’est pas trop le genre de la maison : Tout ça finira très mal. Pour Macron ultimement, mais ceux qui creusent des tombes au cimetière ne vont pas chômer. Non pas bien sûr qu’on prône une quelconque violence, mais avec Macron et Castaner on va tout droit vers des dérapages physiques et des armes de guerre qui vont parler. Hélas !

Sur les lieux de guerre on envoie des « body bags », des sacs pour emballer les corps. Le gouvernement macronien vient de commander des fusils à balles caoutchouc dures. Il doit rajouter à sa commande des body bags. Peut-être est-ce déjà fait ?

 

Algarath

 

0 visiteurs

Aucun commentaire

Écrire un commentaire