Une devise Shadok pour Macron

On n’a pas mémoire qu’un candidat à la présidence de la République ait tant été porté aux nues. Par les médias bien sûr. Évidemment on sait pourquoi. Cet immature, et petit inspecteur des finances, ultralibéral et européiste vendu a bénéficié d’un double adoubement : D’abord les Rothschild, maîtres du monde, excusez du peu. Ensuite des oligarques français, propriétaires des médias, maîtres de la France.

 

Si bien que ce gamin aux mœurs à déterminer s’est retrouvé qualifié de wonder boy. Une merveille, un génie, un dieu de l’olympe même. Et le petit gars s’y est cru. Il s’y croit d’ailleurs encore. Pour lui, les shadoks nous rappellent une devise qui s’applique à merveille.

 

 

Pourquoi s’applique t’elle ?

 

Parce qu’il a tout fait et qu’il fait encore tout pour se battre lui même. Au nombre :

  • Insultes répétées au Peuple Français
  • Rapines auprès de la classe moyenne pour donner encore plus aux riches
  • Il s’amourache de Benalla
  • Embrassades humides avec des noirs délinquants avec des doigts d’honneur
  • Il reste sans réactions et sans voix quand le phénomène des Gilets Jaunes se produit
  • Il dirige sa police avec Castaner vers des réactions de violence envers des participants pacifiques
  • Il tue son socle électoral : retraités et fonctionnaires

 

On pourrait continuer encore plus. Mais une chose est sûre : Cet ersatz de dieu de l’olympe se plaît à se battre lui-même. Il faudra un psychiatre pour expliquer ce qui ne fait aucun doute. Quand il se fera virer manu militari de son piédestal, les shrinks vont se bousculer pour lui tailler un costard (shrink = psychiatre en argot américain).

Algarath

 

0 visiteurs

Aucun commentaire

Écrire un commentaire