La ligne éditoriale d’Algarath

Ce site et son auteur ne sont animés que par un seul impératif : dénoncer les dominants, qu’ils soient mondiaux ou qu’ils sévissent en France. À partir de là, ce site peut écrire quasiment pendant des semaines autour d’un seul sujet, les Gilets Jaunes par exemple, et puis passer ensuite à autre chose.

 

Les GJ sont la partie visible d’un iceberg dont la partie invisible est considérablement plus grosse. Visibles sont les revendications financières, invisibles est l’essentiel : La CRISE, c’est à dire la MORT de l’ANCIEN MONDE et la NAISSANCE du NOUVEAU MONDE.

L’ancien monde c’est le monde de la démocratie représentative, le nouveau monde c’est le monde de la démocratie participative. Ces deux démocraties doivent cohabiter mais la démocratie représentative doit être différente. Mais ce n’est pas le sujet de l’article.

Quand je dénonce les abus des oligarques mondiaux depuis plus de 100 ans, les Rothschild et consort, cela procède exactement de la même problématique : Gilets Jaunes / démocratie participative / France.

Je sais que certains lecteurs le comprennent, je sais que d’autres zappent. Peu importe. Un auteur suit sa route, celle de son unique combat pour lequel il fournit ses efforts, et celle de celles et ceux qui sont sur la même longueur d’onde.

Depuis plusieurs semaines, à suivre les statistiques du site, je vois avec grand plaisir que chaque IP unique des lecteurs lisaient moins de 2 articles par jour. Aujourd’hui c’est 4 à 6 articles par jour qui sont lus par les lectrices et lecteurs. Ça veut dire que se forme un noyau de fidèles qui sont les vrais lecteurs qui adhèrent et partagent les valeurs du site et c’est la marque du succès.

Les Russes ont un mot ‘MICHOURA’ pour les paillettes au sens premier mais qui exprime bien plus, qui s’applique aussi pour le BUZZ tellement répandu aujourd’hui.

Un grand nombre d’internautes s’agglutinent comme des mouches à merde sur un sujet pourvu qu’il fasse le buzz. Ces gens ne sont pas pour moi ni pour le site ; le buzz je le fuis comme la peste, c’est un signe des temps décadents et vides de substance d’une civilisation qui se meurt.

 

Je pense que vous savez que l’Histoire prouve que les civilisations se meurent après environ 250 ans. La nôtre n’échappera pas à ça, et le processus est en route.

Merci de votre fidélité.

 

Algarath

 

0 visiteurs

Aucun commentaire

Écrire un commentaire