Le con du jour : Gilles Le Gendre

Gilles Le Gendre : « Notre erreur est d’avoir probablement été trop intelligents, trop subtils… »

Gilles Le Gendre : "Notre erreur est d'avoir probablement été trop intelligents, trop subtils..."
Gilles Le Gendre, le 3 décembre à Paris. (STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)

Le chef de file des députés LREM déplore que l’effet politique des mesures en faveur du pouvoir d’achat ait souffert d’un manque de clarté.

Par L’Obs

Le retour de la « pensée complexe » ? Invité de l’émission « Territoires d’infos » sur Public Sénat, le président du groupe LREM à l’Assemblée nationale, Gilles Le Gendre, a appelé ce lundi matin la majorité à plus de clarté dans la mise en place des mesures en faveur du pouvoir d’achat, déplorant que leur bénéfice politique ait été amoindri par un manque de pédagogie.

Commentant les propos du Premier ministre Edouard Philippe dans « les Echos », qui reconnaissait des « erreurs », le député parisien déclare : « Qui gouverne et ne commet pas d’erreurs ? Je n’en connais pas, surtout quand on gouverne pour reprendre un pays qui était en très mauvaise posture et après avoir ouvert un nombre de chantiers incalculables. »

« Souvent on nous reproche d’avoir trop fait trop vite. Je n’accepte pas ce reproche », poursuit Gilles Le Gendre, qui reconnaît toutefois « deux erreurs » :« Je pense que nous avons insuffisamment expliqué ce que nous faisons. Nous nous donnons beaucoup de mal mais il faut le faire mieux, plus, en étant plus proche de ce que les Français attendent. »

« Deuxième erreur, dont nous portons tous la responsabilité – moi y compris, je ne me pose pas en censeur : c’est le fait d’avoir probablement été trop intelligents, trop subtils, trop techniques dans les mesures de pouvoir d’achat. Nous avons saucissonné toutes les mesures favorables au pouvoir d’achat dans le temps, c’était justifié par la situation des finances publiques mais manifestement ça n’a pas été compris. »

« C’est la raison pour laquelle l’ensemble des mesures que nous prenons vise à raccourcir le calendrier d’exécution et tout faire d’un coup », explique-t-il.

« Expliquer, expliquer, expliquer »

« Quand vous dites ‘trop intelligents’ ça veut dire quoi, que les Français ne sont pas capables de l’intégrer ? » demande l’animateur de l’émission de Public Sénat.

« Non, mais quand vous expliquez que les charges sociales vont baisser en deux fois, que la taxe d’habitation va baisser pour 80% des Français mais que pour ces 80% ça se fera en trois fois, et cetera, et cetera, manifestement vous perdez tout l’effet positif des mesures de pouvoir d’achat », estime Gilles Le Gendre.

« Nous avons ensemble une responsabilité, c’est d’expliquer, expliquer, expliquer la complexité du monde », conclut-il.

Le Premier ministre Edouard Philippe a donné le coup d’envoi d’une semaine décisive pour tenter de remettre la macronie à flot, en détaillant, dimanche soir dans un entretien aux « Echos », les gestes annoncés six jours auparavant par le chef de l’Etat. Principale mise au point du Premier ministre : le gain de 100 euros net pour les salariés proches du Smic passera « par une hausse massive de la prime d’activité » qui sera versée « dès le 5 février pour compléter le salaire de janvier ».

0 visiteurs

1 Commentaire
  • gournouf
    Publié à 09:35h, 18 décembre Répondre

    pour résumer:une euronouille de plus qui s y croit!!!!

Écrire un commentaire