Peut-on lire entre les lignes du discours de Macron ?

Loin de moi l’idée de faire mon smart, comme on dit au Québec, à savoir dire quelque chose pour tenter de se démarquer et de paraître tellement plus intelligent. Rien dans ce qu’a dit Macron ne m’a particulièrement surpris. Il était là pour réciter ses promesses pour sembler requinquer le pouvoir d’achat et soi-disant revivifier le dialogue démocratique.

 

Sauf que

 

Sauf qu’il a lâché une petite phrase, l’air de rien. La voici : « Je veux aussi que nous mettions d’accord la Nation avec elle-même sur ce qu’est son identité profonde. Que nous abordions la question de l’immigration. »

Le mec a le feu au cul avec des insurrections populaires, et dans les 13 minutes qu’il a pour désamorcer il balance un truc hors sujet devant 23 millions de téléspectateurs ! Cette phrase, on peut penser, est passée largement inaperçue. Pourquoi l’a t’il prononcée, sachant que ceux qui lui ont écrit le script de son discours, ses communicants, devaient avant tout désamorcer les Gilets Jaunes et pas faire du hors sujet, qui plus est, dangereux à aborder.

On sait que le sujet divise les « gilets jaunes » : ceux de l’extrême droite dénoncent « l’immigrationnisme » du pouvoir et alimentent la machine conspirationniste à propos du Pacte de Marrakech sur les migrations ; ceux de l’extrême gauche rêvent d’un monde sans frontières et vomissent les valeurs conservatrices. Planter un coin, a-t-il pu se dire, ne peut pas faire de mal. Ça peut être une explication.

Y a t’il d’autres raisons ?

 

On sait que la stratégie de Kalergi, qui est celle de l’UE, d’Israël et des oligarques (Rothschild, Soros et consort) est d’ébranler les idées d’identité de la Nation et de lui infuser l’utilité indiscutable de l’immigration. Macron, au beau milieu de la nasse, envoie un message à ses maîtres : « Je sais ce que vous m’avez demandé de faire, la preuve je dis bien qu’on va sérieusement aborder tout ce qui touche à l’identité des Français et à l’immigration ». C’est aussi selon moi une explication.

S’il y en a d’autres selon vous, je vous serai reconnaissant de glisser un commentaire explicatif.

Les flux migratoires transforment en profondeur la société française.

 

Les mouvements de populations de cette ampleur se traduisent par des phénomènes de fragmentation, et de ghettoïsation. Ce qui est en cause, c’est l’unité nationale. Un rapport des Renseignements généraux dénonce ainsi le morcellement du territoire national, dû à l’émergence de cités sensibles dont beaucoup touchées par un « repli communautaire particulièrement spectaculaire », le rejet des lois de la République – qui s’exprime à travers la haine du policier -, la violence, la montée d’un racisme multiforme. Les revendications communautaristes sont en plein essor.

La notion d’identité nationale s’oppose justement au repli identitaire et au communautarisme. Dans son dernier livre, « Qui sommes-nous », le philosophe américain Samuel Huntington pose la question de l’identité des États-Unis face à l’essor des « infra sociétés » qui résulte des flux migratoires.

Qu’est ce que cette question vient faire dans un discours de Jupiter sur les Gilets Jaunes ? Les paris sont ouverts.

 

Algarath

 

 

 

0 visiteurs

Écrire un commentaire