Titi et Gros minet : La saga qui restera dans l’Histoire des Peuples

Je pense que le Peuple parlera longtemps de la saga des Gilets Jaunes ; elle ne fait que commencer. Dans notre vie d’Éveillés, dans la mienne en tous cas et j’ai 70 ans, je n’avais jamais rien vu de pareil. L’intensité de la réaction de cette partie du Peuple, la plus défavorisée et désespérée, est un modèle de réappropriation (un mot pompeux mais si juste) du pouvoir vers l’opprimé.

 

J’utilise opprimé car comment appeler autrement l’état de désespérance de la catégorie du Peuple concerné, représenté dignement et avec brio par les Gilets Jaunes ?

Je me permets d’illustrer cet article avec des images de Titi et Gros minet. Aucun manque de respect de ma part. Peut-être un peu d’humour pour remonter le moral des Gilets Jaunes bien que leur moral soit au plus haut après les succès phénoménaux qu’ils ont réussi à obtenir.

Gros minet n’a qu’un but, dévorer Titi. Macron depuis 18 mois et la caste depuis des dizaines d’années ne font que chercher la mort du Peuple. On peut oser une certaine analogie.

 

Véritablement poussé au désespoir depuis des années, Titi atteint un beau jour de Novembre 2018 un niveau de colère qu’il ne pouvait plus cacher. Bien plus de 10 millions de Français se trouvèrent exaspérés. Les plus démunis, qui luttent pour survivre, les retraités, les artisans, les paysans. La liste est si longue que les pages de cet article ne suffiraient pas à les énumérer fidèlement.

 

 

 

 

 

Gros minet avait Titi sur sa langue, prêt à l’engloutir. Des taxes, du mépris hautain et dédaigneux, des augmentations de prix, des réductions de fait des retraites durement gagnées.

 

 

 

 

 

Titi se révoltât, et alla sur l’Internet pour se rassembler avec les potes et les miséreux comme lui. Car sinon les syndicats étaient inopérants depuis de décennies, mi complices des pouvoirs successifs, mi nuls de chez nul. Pas possible d’espérer de ce côté-là. Du côté des partis un très maigre espoir. Taillés en pièces par le freluquet gros minet, appuyé par les médias aux ordres des oligarques, Titi dut envisager de prendre les choses en main.

 

 

 

Les résultats ne se firent pas attendre, mais la bête oligarchique tient fermement les rênes avec la police, son gaz incapacitant, ses matraques et ses milliards d’euros de l’ISF et des profits faits sur le dos des travailleurs. Macron et Castaner envoient leurs casseurs pour discréditer le mouvement.

 

Ô miracle ! Gros minet est sonné. C’est un premier résultat, certes, mais LE COMPTE N’Y EST PAS.

 

 

 

 

 

 

 

Algarath

 

 

0 visiteurs

Aucun commentaire

Écrire un commentaire