Nouveau Système Financier Mondial en cours

CECI VA DÉTAILLER LE REMPLACEMENT DU SYSTÈME FINANCIER ACTUEL, DOMINÉ PAR LE DOLLAR AMÉRICAIN, PAR UN NOUVEAU SYSTÈME BASÉ SUR LES DROITS DE TIRAGE SPÉCIAUX ISSUS PAR LE FOND MONÉTAIRE INTERNATIONAL ET NÉGOCIÉS SUR LES MARCHÉS SECONDAIRES PAR LA BANQUE DES RÈGLEMENTS INTERNATIONAUX DE BÂLE.

 

Ce remplacement va affecter le dollar américain et les Etats-Unis en les reléguant au mieux au second plan, voire encore plus loin, tout comme le précédent remplacement de la Livre comme monnaie de change entre 1910 et 1945 avait mis en selle le dollar US aux dépends de la monnaie anglaise.

Le dollar avait remplacé la livre sterling comme cœur du système financier mondial

Le dollar américain remplace la Livre Sterling comme monnaie internationale d’échange, monnaie des comptes courants et des réserves de change entre 1910 et 1945.

 

En 1899 la place de la livre sterling dans les échanges internationaux était de plus de deux fois plus importante que le franc et le mark. Les actifs détenus en livres sterling dans le monde en 1940 étaient de deux fois le montant des actifs en dollars. Ce n’est qu’en 1945 que la situation s’est inversée. La guerre avait fait son œuvre.

La livre sterling maintint son ascendance entre les deux guerres mais passa largement au deuxième plan dès 1945. Cela coïncida avec la perte par la Grande-Bretagne de sa prééminence économique, de ses colonies, de sa puissance militaire et de son hégémonie mondiale. Ce fut la crise de Suez en 1956 qui força la Grande-Bretagne, sous l’influence et l’insistance forte des Etats-Unis, à abandonner ses rêves impériaux.

Les rencontres de Bretton Wood ont couronné le dollar américain et créé un grand nombre d’organisations comme le Fond Monétaire International et la Banque Mondiale. La Banque des Règlements Internationaux de Bâle dont on parlera plus loin et qui avait joué un rôle avec l’Allemagne Nazie, s’affirma comme structure chapeautant le réseau des banques centrales appartenant au groupe de banquiers internationaux domiciliés à la City de Londres.

En 1973, les flux mondiaux de dollars américains commencèrent à se multiplier de façon quadratique, le dollar étant imposé par les Etats-Unis pour payer les transactions du pétrole et son prix étant dès cette date multiplié par quatre.

 

Dès le début des années 1990 la question se posa si le dollar américain perdait sa position sans rivale comme monnaie internationale. Le yen et le mark s’étaient affirmés pendant les années 1970 et 1980 comme prenant des parts plus importantes dans les actifs détenus par les banques centrales et leurs réserves de change. Les forts fondamentaux des économies japonaises et allemandes, particulièrement leur surplus des comptes courants et leurs taux bas d’inflation, constituent une explication évidente.

De nos jours, la question du danger pour le dollar qu’il perde son rôle exclusif de première monnaie internationale s’est confirmée positivement. L’Euro est un rival encore plus fort que ne l’étaient à l’époque le yen et le Mark. Également les Etats-Unis ont une histoire de plus de 30 ans de déficits chroniques dans leur compte courant et le dollar se déprécie en continu depuis 40 ans.

Le paradoxe de Triffin qui veut que les monnaies rattachées à un pays en particulier et qui servent de monnaie de réserve de change aggravent le déficit du pays en question a convaincu les banquiers internationaux de changer de monture. La scission s’est faite petit à petit entre les élites mondialistes représentées par les banquiers internationaux et les élites purement américaines de l’Establishment et de l’État profond. Ceci bien que ces élites aient parcouru une bonne portion de l’histoire de concert. Mais ce temps est fini.

Il est aussi vraisemblable que les aventures militaires nombreuses des Etats-Unis pour conserver leur hégémonie géopolitique avec des idéologies telles que celle des néoconservateurs qui les détaillèrent dans leur PNAC leur Projet pour un Nouveau Siècle Américain, n’aient pas totalement reçu l’assentiment des banquiers internationaux. La question se pose aujourd’hui de l’avenir des quelque 900 bases militaires américaines dans le monde.

Les banquiers internationaux avaient, dès le milieu des années 1980, condamné les Etats-Unis et leur dollar.

 

La délocalisation d’une partie importante du tissu industriel des Etats-Unis vers la Chine qui a commencé à cette époque montrait que la Chine et les pays émergents étaient dans les plans des banquiers internationaux pour permettre le remplacement du système financier mondial. Ce remplacement se fait depuis début 2016 avec les Droits de Tirage Spéciaux. La prédiction en avait été faite en 1987 dans un article du journal The Economist, sous le titre de Phoenix dont on lira les détails dans un autre article sur Algarath.

Les élites mondialistes, c’est à dire les banquiers internationaux de la City de Londres, apatrides de cœur et d’esprit, ont donc partagé le pouvoir avec les élites américaines de l’Establishment et de l’État profond entre 1910 et récemment. Le dollar américain fut leur monnaie de prédilection et un pays, les Etats-Unis, fut la base principale de l’exercice de leur pouvoir.

Ces temps ont changé, bien que beaucoup ne s’en rendent pas encore compte. Les banquiers internationaux font cavaliers seuls. La première étape de la transition est le remplacement du système monétaire mondial par les Droits de Tirage Spéciaux.

Mais les moissons fructueuses effectuées par les banquiers internationaux continuent, notamment par la manipulation de la politique monétaire des pays et donc des taux d’intérêt et des liquidités mises dans l’économie et les marchés financiers.

Algarath

 

 

2 dotogo

0 visiteurs

Aucun commentaire

Écrire un commentaire