Le Monde doit Changer

Regardez la photo en tête de l’article. Une jeune fille, frêle mais déterminée, fait face à un colosse impassible, bardé pour les manifestations de rue. Les Gilets Jaunes, c’est pareil.

 

Ce qu’on retient des phrases prononcées par des Gilets Jaunes pacifiques et animés que par l’intention de manifester sans violence, c’est qu’ils se font gazer sans raison. Castaner y est bien sûr pour quelque chose, Macron et Philippe aussi. La morgue, l’arrogance, la déconnexion de ces mal-élus hors sol est phénoménale et a fini par exaspérer le Peuple.

Les jeux sont loin d’être faits. Le mouvement tire son existence dans des racines tellement profondes, ruminées depuis près de 40 ans. Et la douleur et l’approche du désespoir sont des bonnes conseillères.

J’utilise parfois le terme « masse désorganisée » en regrettant son impassibilité devant la domination écrasante subie. Après la jacquerie des Gilets Jaunes, toujours là, il convient de ne plus du tout utiliser ce terme, impropre. Parce que le Peuple, qui existe bel et bien, prend les choses en main quand tout est perdu. La pression de nécessité atteinte, et le Peuple montre que son aptitude à réagir est intacte, pas du tout émoussée.

Nous ne sommes pas seuls surpris. Le pouvoir et les oligarques le sont plus que nous, et la réponse d’une intensité redoutable du Peuple lui garantit sa survie car les dominants peuvent comprendre par là qu’il existe un point de rupture, où l’éprouvette casse net.

La détermination farouche de la jeune fille face au colosse du pouvoir fait comprendre la force formidable du Peuple. La France a une tradition révolutionnaire profonde, et son Peuple n’est pas fait de gens qui accepteront qu’une situation d’esclavage s’établisse. Que le rappel cinglant de cette vérité soit plus qu’un avertissement pour ceux qui croient en avoir fini avec la Résistance.

Charbonnier est maître chez lui. Le monde appartient au Peuple en vertu de la loi démocratique. L’oligarchie, la paranoïa et autres perversions des psychopathes assoiffés de pouvoir et d’argent, même tolérées depuis trop longtemps et bien trop fort, trouvent sur leur chemin le Peuple souverain, aux temps bénis où l’Histoire met le holà.

 

Algarath

 

41 visiteurs

Aucun commentaire

Écrire un commentaire