Le Monde d’en Haut et le Monde d’en Bas : Analyse et Sémantique

On utilise, moi y compris, le mot « élite » ou « oligarque » ou « banquiers internationaux ». C’est à mon sens une imprécision sémantique car par exemple les « élites » peuvent être carrément cons et ne devoir leur position de doigts de pieds en éventail et de dédain du vulgum pecus qu’au compte en banque de papa à la naissance de l’héritier. Il devient élite rien qu’à pisser et chier dans ses langes le petit !

 

On peut se mettre d’accord là dessus. « Élites » ne convient pas. Il vaut mille fois mieux utiliser l’expression utilisée par l’excellent Christophe Guilluy qui est : « monde d’en haut », en opposant ce groupe au « monde d’en bas ». Vous et moi, a priori, on est le monde d’en bas à moins que vous nous faites des cachoteries.

Actuellement ce qui se passe n’est pas conjoncturel. C’est foutrement structurel car on se fout du monde d’en bas, le monde périphérique. Guilluy a bien fait de dire que le monde périphérique n’est pas en rapport à la géographie mais à la position sociale.

Manque de pot pour le gouvernement, le monde d’en bas, le monde périphérique, c’est la classe moyenne qui est rappelons le au pouvoir macronien qui semble l’ignorer en majorité du nombre en France. Il aura un cruel rappel à l’ordre aux élections, manu et sa bande de bras cassés de LREM qui toisent la France d’en bas, tout à leur posture de serviteurs serviles du monde d’en haut. Et c’est bien le problème d’une quadrature du cercle, impossible à résoudre et irréconciliable.

Algarath

0 visiteurs

Aucun commentaire

Écrire un commentaire