Pays Européens : Retour au Nationalisme et Crise des Migrants

Deux phénomènes simultanés se passent de façon incroyablement ressentie en Europe. C’est un fort retour au nationalisme, dénoncé par la doxa des dominants qui crient haut et fort « populisme », et c’est la crise des migrants. Cet article tend à démontrer ce que les élections dans les pays européens et les bouleversements dans les poids en pourcentage acquis des différents partis, sont corrélés à la crise des migrants.

 

Il faut avoir de la merde dans les yeux et être bouché pour ne pas se rendre compte que la forte opposition des Peuples européens à une immigration forcée et largement imposée est à l’origine du regain de nationalisme. Ce n’est pas le seul facteur. Joue aussi la prise de conscience des dégâts causés par une institution de non-élus et supranationale, l’Union Européenne. Crise des migrants et Union Européenne, sur fond de rejet partiel de la globalisation, ces trois composantes sont en train d’émanciper les Peuples, contre la mainmise des dominants, des oligarques qui ont pris le pouvoir il y a bien longtemps.

Les oligarques ont commis une erreur fondamentale. Ils n’ont pas su doser l’infusion de migrants dans les sociétés traditionnelles européennes, même si la doxa vise à mettre mal à l’aise les personnes réticentes à trop d’immigration forcée, appuyée par les idiots utiles qui aident les migrants à s’installer. Ce dosage à trop forte dose, trop vite et trop de migrants à la fois, fait perdre des points stratégiques dans les élections.

Italie, France, Allemagne avec Merkel, et pays anciennement de l’Est. Ce sont des vagues de nationalisme en réaction avec les vagues de migrants. C’est comme la loi numéro 3 de Newton : Toute force appliquée engendre une force de réaction égale qui s’y oppose.

Il est clair que les oligarques veulent imposer une mixité des peuples, amener des Africains et des Arabes, et aussi des migrants des pays de l’Est. Leurs motivations sont suspectes pour le moins. Il y a les rumeurs, fondées ou fantasmées, sur la stratégie des sionistes pour détruire la race blanche européenne, suite à la Shoa. S’il faut se méfier d’y souscrire trop facilement et trop vite, mais cette théorie existe et semble gagner de l’ampleur. Je mets en ligne ici des articles qui illustrent des déclarations multiples de sionistes qui s’épanchent ouvertement sur le sujet, en droite ligne avec ce qui a été professé dans les années depuis 1923 jusqu’à l’après-guerre par le Comte Coudenhove-Kalergi.

Encore une fois je n’affirme rien, bien que mes doutes existent. Je laisse aux lectrices et aux lecteurs le soin de juger. La liberté d’expression justifie que ce thème soit abordé. Point de « racisme » ici ni d’antisémitisme. Ces deux épouvantails destinés à ostraciser les non-conformistes sont un obstacle à la capacité et au droit de s’informer et de s’exprimer.

Il me semble que les hors-la-loi ici sont les terroristes et les négationnistes, pas les non-conformistes qui agitent leurs neurones.

Il est évident que le nationalisme va prendre des proportions encore bien plus importantes. C’est selon moi la clé qui va disloquer la mainmise des oligarques, et s’étendre à une critique bien plus forte et ultimement renverser les banquiers internationaux.

Ceux qui ne saisissent pas la chaîne : migrants + UE + globalisation = vagues des votes + nationalisme + menaces forte envers les oligarques et les banquiers internationaux, à mon avis, en fument de la bonne ou dorment au gaz comme on dit au Québec.

J’espère montrer dans mes prochains articles que l’apport de migrants en Europe est le prélude à une seconde phase du plan des élites : la dépopulation. À suivre donc.

Algarath

 

 

0 visiteurs

Aucun commentaire

Écrire un commentaire