Le Vatican, les jésuites et le nouvel ordre mondial. Article 1 / 5

Beaucoup sont passionnés par les Jésuites. Beaucoup soupçonnent aussi le Vatican. J’écris un article d’environ 25 pages sur le sujet des Jésuites. Voici le numéro 1. Restez connectés, vous apprendrez sans doute des choses intéressantes.

 

 

Ce qui suit concerne la connexion entre le Vatican et les jésuites au nouvel ordre mondial. Même ceux de ce qu’on appelle les «médias alternatifs» l’ont négligé. Nous connaissons leur nom. Quoi qu’il en soit, ces faits sont destinés à d’autres qui souhaitent avoir des informations plus élaborées sur la méchanceté des jésuites et du reste du Vatican (en particulier leurs dirigeants). Ce travail est également un guide pour ceux qui n’ont pas compris cette information auparavant. Maintenant, tous les catholiques romains ne doivent pas être blâmés pour tous les maux du monde. Je veux faire ça parfaitement. Si j’y croyais, je ne serais pas différent d’un bigot haïssant des gens de races différentes. Ce qui est vrai, c’est que les dirigeants du Vatican (y compris l’Église catholique romaine) suivent des doctrines non bibliques et s’alignent sur l’ordre du jour du nouvel ordre mondial. Il n’y a aucun doute là-dessus.

Vous ne pouvez pas parler d’ordres secrets sans mentionner les Templiers. Les Templiers ont été fondés en 1111 après JC afin de protéger les pèlerins le long du chemin allant de l’Europe aux terres saintes (Jérusalem). Ils ont fait vœu de pauvreté, ce qui était rare pour les chevaliers qui devaient s’approvisionner. Neuf chevaliers se sont joints au début et n’ont pris aucun nouveau membre avant 1118. C’est l’année où elle est devenue publique et a reçu la sanction papale en tant qu’ordre catholique (ou l’Ordre des Pauvres Chevaliers du Christ) en 1128. Les Templiers ont été rapidement reconnus comme croisés catholiques. Les Templiers ont été les premiers banquiers internationaux en Europe. En raison de leurs richesses et de leurs compétitions, les monarques et l’Église romaine ont cherché à les détruire. À cette époque, les Ismalis existaient. C’étaient des musulmans qui ont fusionné l’islam (une religion qui présente de nombreuses similitudes avec le romanisme: posséder des perles pour le culte, louer Fatima, avoir des antécédents de haine du peuple juif et croire que les œuvres ont un rôle dans le salut humain) et les mystères. Un rejeton radical était connu sous le nom d’assassins. Ils se droguaient pour assassiner des gens. De nombreux ordres ont été influencés par les Ismalis.

En 1314, le roi Philippe fit brûler le grand maître des templiers Jacques DeMolay pour hérésie. La question de savoir si les Templiers ont commis des actes sexuels obscènes ou non est controversée. Pourtant, vous pouvez voir le Vatican comme une fondation dans la création des Templiers, des Chevaliers Hospitaliers (devenus les Chevaliers de Malte), des Tuetonic Knights (les chevaliers teutoniques) (que Himmler a copiés pour ses SS) et de nombreux groupes d’élite. Les Vénitiens, les Jésuites, Marco Polo et d’autres ont commercé avec les Chinois au Moyen Âge et au-delà. Le pape Martin V et d’autres avaient pour objectif de réclamer des terres d’Afrique, d’Asie, etc. contrôlées par le pape. Le Vatican a inventé le système international moderne de commerce des esclaves. Les terroristes papaux ont également assassiné des Amérindiens. Leurs noms incluent les conquistadors Almagro, Cortez, Pizarro, Valverde, de Meza, Gregory, Sepulveda, Valega et Cornado. Même Christophe Colomb, catholique romain (dont les navires avaient des croix de chevaliers templiers. Il avait des parents chevaliers templiers dans son arbre généalogique) a permis que des atrocités se produisent à la Grenade. En 1542, le pape Paul III créa au Vatican un poste inquisiteur appelé «Inquisition du Saint-Empire romain et universel» afin de lutter contre la propagation du protestantisme. L’inquisition papale tuerait des personnes en désaccord avec l’Église catholique romaine, ce qui était diabolique. En une seule journée (le 24 août 1572), 50 000 huguenots (protestants français) ont été massacrés à Paris lors du massacre de la Saint-Barthélemy. Le bureau de l’Inquisition existe toujours, étant renommé «Congrégation pour la doctrine de la foi». Le pape Benoît XVI était à la tête de ce bureau. Le roi Henri IV de France a une histoire intéressante. Il était un grand amoureux de la liberté religieuse. Il vécut de 1553 à 1610. Il était huguenot ou protestant de religion réformée. En 1598, il publie l’édit de Nantes. Cet édit garantissait les libertés religieuses des protestants et mettait ainsi fin à la guerre civile en France. Ces jésuites enragés. En effet, le jésuite Jacques Commolet a appelé à la mort d’Henry IV en chaire. Henry fut contraint de se convertir à la religion catholique romaine sous les encouragements de sa femme Gabrielle d’Estrées. Cela a provoqué la colère de la reine Elizabeth (son ancien allié) et des Hugenont. Il était un dirigeant populaire en raison de ses réformes en France. Il a été assassiné par un catholique enragé du nom de François Ravaillac. Il a poignardé Henry à mort.

L’origine de l’ordre des jésuites

 

 

Les Jésuites ont été créés par Ignace de Loyola en 1534. Le vrai nom de Loyola est Inigio Lopez De Recalde. Le but de l’ordre des jésuites était de mettre fin à la réforme protestante et de permettre à la papauté de gouverner le monde (de Jérusalem si possible. (Wyile, Eric Jon Phelps, Jack Chick, Alberto Rivera et d’autres auteurs l’ont prouvé). Les jésuites sont des ennemis du monde. Ils sont divisés en plusieurs composants. Les jésuites ont soutenu le concile de Trente dans les années 1500. Ce concile a condamné l’étude des Écritures dans les langues d’origine, condamné l’idée que l’homme est sauvé par Dieu seul et condamné l’idée de ne pas vénérer les images en tant que représentation de Dieu incluant les autres croyances légitimes. La Bible de Reims-Douay [1582] était la Bible des jésuites, qui soutenaient l’assassinat de baptistes et de protestants via le tracé de la poudre à canon. Le Vatican a publié l’édit du Vatican en 1778 après l’indépendance américaine. Cet édit condamnait la République constitutionnelle des États-Unis comme une abomination, une méchanceté et un péché qui devaient être détruits par tous les moyens. Remarquez comment le Vatican ne s’est jamais excusé pour cette erreur. Vers la fin des années 1700, les jésuites (qui sont supprimés en 1773. Plus tard, les monarques catholiques chassent les jésuites de nombreuses nations. Même la France expulse les jésuites en novembre 1764. Jusqu’en 2000, la Constitution suisse (article 51) interdisait la présence des jésuites partout en Suisse et explique pourquoi les jésuites ont été expulsés de France:« Le 27 avril 1761, l’abbé Chauvelin, l’un des membres les plus radicaux du parlement, dénonça les jésuites comme des opposants au bon ordre, à la discipline ecclésiastique et aux maximes du royaume. » En tant que chrétien, citoyen, français l’abbé s’est écrié: sujet du roi et magistrat, ne faut-il pas examiner l’institution et le régime des jésuites? C’est ce que je vous demande, messieurs, d’envisager. Les jésuites étaient déjà impopulaires, soupçonnés injustement de complicité avec le prétendu assassin Damiens, d’intrigues étrangères, une cinquième colonne, échappant au contrôle de l’État. Lorsque le Parlement, dans son verdict du 8 mai, demanda à la société de payer un demi-million de livres pour leurs créanciers, les rues de Paris suscitaient un enthousiasme sauvage. Ensuite, le Parlement a chargé une commission de revoir toute la question de la place des jésuites dans la société française. « (Algrant, Madame de Pompadour, p. 267).

Les nations européennes soumises à la subversion jésuite ont exercé une telle pression militaire et politique que le pape Clément XIII a décidé le 3 février 1769 de dissoudre les jésuites. La nuit précédant la dissolution, il tomba soudainement malade et mourut. Avant sa mort, il a crié: «Je meurs. . . C’est une chose très dangereuse d’attaquer les jésuites. » (EDMOND PARIS, L’HISTOIRE SECRÈTE DES JÉSUITES, p. 70 [1975]). Le 16 août 1773, le pape Clément XIV publia le mémoire de dissolution du pape, Dominus Redemptor. Ce taureau bannit à jamais les jésuites de l’Europe. Clément mystérieux est mort le 22 septembre 1774. Ils se sont donc unis à d’autres ordres secrets comme les maçons. Le maçon Frédéric le Grand de Prusse héberge les jésuites dans son pays), la franc-maçonnerie (y compris le Grand Orient) et les Jacobins orchestrent la Révolution française. Même les papes se sont opposés aux jésuites. Même le pape Grégoire IX a dû l’admettre: « Les renards jésuites ont des visages différents, mais ils tiennent tous ensemble par la queue ». La Révolution française était un programme qui visait non seulement à punir les monarques, mais également à créer une société utopique anti-religion. Son histoire est complexe. Le livre « The Grand Design Exposed » écrit par John Daniel exposait le lien entre les jésuites et la révolution française.

Une foule de facteurs l’ont provoquée. Les classes pauvres et moyennes ont accusé l’aristocratie de corruption économique et de taxes élevées (y compris le roi Louis XVI et la reine autrichienne Marie Antoinette. Le roi Louis était plus juste et compatissant que la reine). À cette époque, Saint-Allemand, mystique et occultiste, avait annoncé que le petit-fils de Louis XV serait décapité. Son petit-fils a vraiment été décapité. Cagliostro était un autre personnage célèbre lié à l’histoire de la Révolution française. Lui (ou Cagliostro, de son vrai nom Joseph Balsamo) était disciple de Saint-Germain et fondateur juif maçonnique du rite Mitsraïm en maçonnerie. Il souhaitait même que le pape accepte son ordre comme une fusion du catholicisme romain avec les mystères égyptiens.

Le roi Louis XVI a créé le Tiers État pour tenter de résoudre les disparités économiques, mais sans succès. Les opposants du roi exploitèrent ces problèmes pour créer la révolution dans leur haine de la monarchie. L’Assemblée nationale (composée de catholiques romains tels que l’abbé Sieyes et Talleyrand) s’est révoltée contre le domaine du roi. Sieyès a inspiré la révolution dans des brochures. Le roi Louis XVI a essayé de l’arrêter, mais une foule a volé des armes à la prison de la Bastille le 14 juillet 1789 (Webster a écrit que les révolutionnaires payaient stratégiquement la foule pour mener la Révolution française). Cela a marqué le début de la Révolution française. Camille Desmoulins, jésuite formé, a également appelé à cette révolution. Dans les années 1790, le règne de la terreur a commencé à être dirigé par les Jacobins. Les Jacobins et d’autres ont assassiné des millions de personnes dans toute la France dans le cadre d’un programme de contrôle de la dépopulation. Les gens ont été décapités. Les services religieux ont été interdits sous l’apparence de « la raison ». Voltaire, Dalambert, Diderot, Helvète, Marat et Condorcet comptaient parmi les maçons jacobins ou qui soutenaient la Révolution. Beaucoup d’entre eux faisaient partie du Grand Orient de la Maçonnerie. Les jésuites ont formé de nombreux révolutionnaires (c’est-à-dire l’archevêque de Paris Jean Baptiste Gobel qui l’a soutenue. Catholique Sieyès a conseillé le franc-maçon jacobin Napoléon Bonaparte, champion de jésuite pro-jésuite, et Robespierre a été formé par les jésuites du Collège. Louis le Grand).

Voltaire a soutenu les jésuites et son ami était un jésuite nommé Poree. Selon John Daniel, sur son lit de mort, Voltaire voulait être catholique, comme il l’avait révélé au jésuite Gaultier. Les Droits de l’homme français ont été créés le 25 août 1789. Le peuple juif a été émancipé en 1791. Même Robespierre a été décapité le 24 juillet 1794. Fondamentalement, la Révolution avait pour objectif que des extrémistes appliquent le châtiment des monarques pour d’énoncer l’objectif maçonnique d’une « République » par tous les moyens nécessaires. Il ne s’agissait pas de « liberté, égalité et fraternité », mais du terrorisme 101. Ce serait la forteresse jésuite de Bavière où seraient nés les Illuminati de Bavière et l’Allemagne nazie. Les organisations de type Illuminati existent depuis des milliers d’années. Un seul exemple est l’ancien Alumbrados d’Espagne au cours des années 1500. John Robison, professeur de philosophie naturelle, secrétaire général de la Royal Society of Edimborough et influent franc-maçon, fut l’un des principaux intellectuels de son époque. Il témoigna de l’influence des Illuminati et des jésuites au sein de la franc-maçonnerie (Robison écrivit que les jésuites ont voulu maintenir leur pouvoir en essayant d’influencer la franc-maçonnerie). En 1798, il publia un livre intitulé Preuves d’une conspiration. Dans son ouvrage faisant autorité, le professeur Robison a déclaré ce qui suit au sujet de la fusion de la franc-maçonnerie et des Illuminati: «… une association a été créée dans le but exprès d’éliminer tous les établissements religieux et de renverser tous les gouvernements existants de l’Europe. J’ai vu cette association s’exercer avec zèle et de manière systématique jusqu’à devenir presque irrésistible: et j’ai vu que les dirigeants les plus actifs de la Révolution française étaient membres de cette association et avaient mené leurs premiers mouvements selon ses principes et par des moyens de ses instructions et de son assistance, précédemment demandée et obtenue. ”(JOHN ROBISON, PREUVE D’UNE CONSPIRATION à la page 7 (1798).

*****

131 visiteurs

1 Commentaire

Écrire un commentaire