La monnaie scripturale (crypto monnaie) par rapport à la monnaie fiduciaire.

Aujourd’hui, un article fabuleusement important. Tellement important que si vous le ratez vous allez rater l’occasion de votre vie de comprendre que vous pouvez espérer vous libérer définitivement des oligarques financiers. Eh oui ! C’est le miracle qui va se produire grâce à la crypto monnaie, une fois la transition achevée.

 

Si vous ne comprenez pas cet article qui vous explique par le menu les différences entre crypto monnaies et monnaies fiduciaires, je vous suggère sans aucune méchanceté de vous rabattre sur la télé réalité, les matchs de foot, les sites porno ou tout ce que la masse du vulgum pécus aime. Si vous comprenez ça, vous comprendrez pourquoi et comment les oligarques financiarisés sont hors-jeu grâce aux crypto monnaies. C’est une question de temps, le processus est engagé et c’est irréversible. Quel délai ? Une montée en puissance sur quelques années, une conclusion garantie ! On va dire 3 ans pour avoir un processus sensible, à 10 ans si on est pessimiste. À l’échelle du temps ça n’est rien car ça fait 250 ans qu’ils nous dominent grâce à la création de monnaie et au contrôle des politiques monétaires, les Rothschild et leurs semblables !

Si je vous dit : Avec les monnaies scripturales (Bitcoin, etc.) les oligarques financiarisés qui nous dominent sont hors circuit et ne peuvent plus continuer à nous dominer, sauf bien sûr que les profits colossaux qu’ils ont accumulés au fil des siècles leur confèrent une avance considérable. Si je vous dis ça, vous aurez sans doute du mal à me croire, ce en quoi vous aurez tort. Quand vous stoppez un processus qui dure depuis le 18èmesiècle, ça va forcément changer les choses.

Banques Centrales, donc l’oligarchie, banques de dépôt et création illimitée de monnaie fiduciaire

 

 

Les autorités centrales sont les banques centrales et par extension les banques. Les banques centrales peuvent “imprimer” de la monnaie fiduciaire, à savoir l’argent que vous utilisez pour acheter votre pain ou payer vos factures et acheter votre voiture, les études de vos enfants ou votre maison. Les banques de dépôt reçoivent de vous 1000$ de dépôt par exemple et en créent 10 ou 15 fois plus qu’elles peuvent prêter à des dizaines de clients et sur lesquelles elles engrangeront des intérêts. C’est ce qui s’appelle les réserves fractionnaires. C’est ce que le vieux Rothschild disait quand il disait « donnez moi le pouvoir de créer de la monnaie et je ne me soucie pas qui fait les lois ».

Ce pouvoir par les banques centrales et les banques de créer de l’argent comme la multiplication des pains de Jésus est la source de profits colossaux. Prêts à d’autres clients privés, à des entreprises, à des États avec la dette. Pousser un État par ses politiciens à faire de la dette se traduit pour les oligarques financiarisés à toucher des profits par les intérêts sur cette dette. Pousser à la guerre, qui nécessite des financements colossaux et donc des dettes d’États ramène des profits aux oligarques. La création de monnaie est un pousse au crime, une incitation irrésistible pour les oligarques de suggérer aux États de s’endetter.

La quantité de monnaie disponible est la différence majeure, fondamentale, stratégique entre les crypto monnaies et la monnaie fiduciaire.

 

 

Les monnaies fiduciaires permettent une quantité de monnaie disponible illimitée car les autorités centrales, par les banques centrales sous contrôle des oligarques et les banques privées (la banque qui possède votre banque du coin) n’ont pas de limites pour créer de la monnaie dans des volumes illimités. Et donc de faire des profits en prêtant cet argent. Les banques centrales n’ont pas de limite et les banques de dépôt peuvent créer 10 à 15 fois le montant de monnaie des dépôts de clients qu’ils ont reçu. Les monnaies scripturales ont une stricte limite ce qui veut dire que ni les banques centrales ni les banques de dépôt, ni personne, ne peuvent multiplier les volumes d’argent. Le vieux Rothschild et sa descendance sont ARCHI BAISÉS pour le dire vulgairement. Par exemple, le montant total permis en volume pour le bitcoin est de 21 millions.

 

La création monétaire est le processus par lequel la masse monétaire d’une zone économique (comme la zone euro) est augmentée. Par le passé, les gouvernements et les banques centrales avaient de facto le monopole de création monétaire, via l’émission de pièces (monnaies métalliques). Ce système permettait dans une certaine mesure aux États de se financer, grâce aux revenus de seigneuriage.

Avec l’apparition des banques centrales et le développement des billets et des bons du trésor, la création monétaire est devenue fiduciaire, c’est-à-dire décorrélée d’une garantie liée aux métaux précieux (par exemple l’étalon-or). Pendant un temps, la création monétaire des banques centrales pouvait couramment financer les gouvernements, via le rachat de leurs bons du trésor ou la création de lignes de crédits. Ce processus s’appelle le financement monétaire, ou plus péjorativement décrit par l’expression « faire fonctionner la planche à billets ». Néanmoins, cette pratique est désormais très limitée, et même strictement interdite dans certaines zone monétaires telles que la zone euro (Article 123 du Traité de Lisbonne). Cela pour éviter les tensions inflationnistes : les dépenses publiques sont généralement réinjectées dans l’économie non-financière, si le montant injecté est trop élevé, des tensions inflationnistes peuvent apparaître voire de l’hyperinflation.

Dans l’économie moderne où la monnaie est essentiellement scripturale (électronique), la création monétaire est aujourd’hui largement conduite par les banques privées, par l’émission de crédits. En effet, lorsqu’un crédit est accordé, la banque crée la monnaie nécessaire à ce crédit par un simple jeu d’écriture dans un livre comptable. Ce système est parfois appelé le système de réserves fractionnaires.

Cette création monétaire est néanmoins contrôlée et limitée par la politique monétaire des banques centrales, via la fixation des taux directeurs, les taux de réserves obligatoire ou encore les ratios fixés par le comité de Bâle. Les banques centrales peuvent également créer de la monnaie dans le cadre des opérations dites d’open market. On parle alors de « monnaie centrale » ou de réserves. Néanmoins, de plus en plus, il est considéré que seule la fixation des taux directeurs est efficace pour contrôler la masse monétaire.

Les banques centrales créent de la monnaie centrale qui est utilisée seulement dans leurs opérations avec les banques et elles peuvent créer de la monnaie par quantitative easing (elles le font pour racheter des titres) ou lorsqu’elles font tourner « la planche à billets » (elles financent le déficit public).

Création monétaire par la banque centrale

 

Les banques centrales ont le pouvoir de créer deux types de monnaies: la monnaie fiduciaire (pièces et billets) ainsi que les réserves (aussi appelées monnaie centrale ou monnaie de base).

Pièces et billets : Les monnaies ayant une valeur propre égale à leur valeur faciale (comme les pièces de métal précieux) ayant quasiment disparu, il ne reste aujourd’hui que des monnaies fiduciaires, telles que les pièces et les billets. D’un point de vue comptable, les billets émis par la banque centrale ne sont rien d’autre qu’une reconnaissance de dette au porteur, inscrits à son passif quand elle les met en circulation. Chaque billet valant par définition son montant nominal, la banque centrale peut émettre autant de billets qu’elle veut sans déséquilibrer son bilan. Chaque pièce ou billet matérialise ainsi une promesse de pouvoir disposer du bien que la monnaie représente. L’émission n’est plus contrainte par un élément physique (ce qui est le cas pour les devises modernes depuis l’abandon de l’étalon de change or).

Financement monétaire public

 

 

Le financement monétaire (ou monétisation de dette) consiste pour une banque centrale à financer directement le budget du gouvernement central. Ce processus est parfois appelé péjorativement la « Planche à billets ». Elle fait référence aux processus de production de monnaie physique, mais en pratique il s’agit aujourd’hui plus d’écriture comptable.

La capacité des États et des banques centrales à créer massivement de la monnaie ex nihilo est un outil économique puissant, qui peut contribuer à stimuler l’économie, mais peut également la déstabiliser durablement.

Les États ont fréquemment abusé de la création monétaire, par exemple pour financer des guerres coûteuses, avec souvent des conséquences graves sur l’économie notamment des crises hyper inflationnistes. La crainte de ces abus a conduit la plupart des États à interdire le financement monétaire public : cette disposition est par exemple inscrite dans la Constitution allemande ou les traités de l’Union européenne (article 101 du traité CE, repris par l’article 123 du traité sur le fonctionnement de l’Union Européenne (TFUE) issu de la signature du traité de Lisbonne en 2007). Les déficits publics doivent donc être financés par emprunts – très majoritairement obligataires – auprès d’organismes privés, aux taux d’intérêt proposés par le marché.

Raison : Le quantitative easing (assouplissement quantitatif) a été massivement utilisé ailleurs qu’aux États-Unis. En pratique, les politiques de relance monétaire des banques centrales aujourd’hui s’effectuent de façon indirecte. Les banques centrales ont notamment recourt aux opérations d’open market par lesquelles elles créent des réserves (monnaie centrale) non pas pour financer les gouvernements, mais pour se substituer au refinancement des banques privées sur le marché interbancaire, ou par le rachat massif d’actifs financiers (quantitative easing). Ces pratiques ne constituent pas du financement monétaire public puisqu’elles ont pour objectif de relancer la création monétaire par le crédit bancaire, et non l’augmentation du déficit de l’État.

Création monétaire par les banques privées

 

  • Dans le système monétaire actuel, la monnaie est essentiellement scripturale (environ 90 %) : elle est créée par les banques par un jeu d’écritures, sur simple demande, et dans certaines limites, en échange d’une promesse de remboursement (émission d’un crédit bancaire). Il y a ainsi création monétaire lors de l’octroi d’un crédit, et destruction monétaire lors du remboursement de ce crédit. En zone euro par exemple, 93 % de la masse monétaire est créée par l’émission de crédits ouverts par les banques commerciales. La Banque d’Angleterre décrit ainsi ce phénomène : « À chaque fois qu’une banque fait un prêt, elle crée simultanément un dépôt sur le compte en banque de l’emprunteur, créant ainsi de la nouvelle monnaie »
  • Mécanisme : Lorsqu’une banque octroie un crédit à un particulier ou une entreprise, soit elle utilise les dépôts existants, soit elle passe par un processus de création monétaire. Elle a alors recours à un simple jeu comptable : elle inscrit dans son bilan une créance, ayant pour montant la somme qu’elle va prêter à son client, et augmente le compte de dépôt de son client d’autant. Le crédit venant alimenter le compte de dépôt du client, c’est l’expression « les crédits font les dépôts » qui est vraie et non l’inverse. On dit aussi parfois que la banque crée de l’argent « ex nihilo ». L’expression « les dépôts font les crédits » est, elle, appliquée lorsque la banque utilise les dépôts existants et ne passe pas par un processus de création monétaire.
  • Le jeu d’écriture comptable est le suivant: inscription de l’augmentation du dépôt du client (qui est, ici, le prêt de la banque à son client) au passif du bilan de la banque, la monnaie sur le compte du client étant due par la banque à son client. Inscription de la créance à l’actif du bilan de la banque, la monnaie due par le client étant considérée comme un actif de la banque. Le remboursement d’un crédit à la banque correspond à une démonétisation : la part de monnaie correspondant au prêt initial est détruite, ayant pour effet de diminuer la masse monétaire. La part de monnaie correspondant aux intérêts revient à la banque.

 

Théorie des réserves fractionnaires

 

 

Ce mécanisme a été pendant un temps décrit sous l’appellation de « système de réserves fractionnaires » ou le « multiplicateur monétaire ». Cette vision a pour caractéristique de penser la création de crédit comme contrainte par la quantité de réserve (monnaie de base) disponibles dans le marché interbancaire, et le niveau de Réserves obligatoires. Selon cette vision, les banques « multiplient » la part de base monétaire dont elles disposent lorsqu’elles effectuent des crédits, ceci dans la limite de capacité d’effet de levier maximum.

Les taux directeurs sont le principal outil de la politique monétaire : les établissements de crédit empruntent sur le marché interbancaire ou empruntent aux banques centrales à un taux d’intérêt défini par la banque centrale, le taux de refinancement, la monnaie banque centrale dont elles ont besoin. En augmentant (respectivement en baissant) ses taux d’intérêt, la banque centrale rend plus difficile (respectivement plus facile) l’accès au refinancement pour les banques commerciales et induit un renchérissement du coût d’un crédit pour l’emprunteur (ménage ou entreprise). De ce fait, une hausse du taux d’intérêt entraîne (toutes choses égales par ailleurs) une baisse de demande de crédit. Une diminution du taux de refinancement a évidemment un effet contraire ;

Controverse autour de la création monétaire

 

 

L’État n’a pas le monopole de créations monétaires excessives. Elles peuvent être pratiquées aussi bien par le secteur privé et aboutir aux mêmes dysfonctionnements. Par les crédits qu’elles accordent au-delà de la base monétaire (monnaie de banque centrale) dont elles disposent les banques commerciales créent de la monnaie. Cette création peut être excessive et source d’inflation et de surendettement. La crise des subprimes en est une illustration. Les banques américaines ont multiplié les crédits immobiliers qu’elles accordaient à des emprunteurs. Entre 2000 et 2006 leurs encours ont plus que doublé. Les prix de l’immobilier ont alors augmenté de 171 % entre 1997 et 2007 créant de ce fait une bulle immobilière. L’éclatement de cette bulle et l’insolvabilité des endettés ont déclenché une crise financière entraînant une crise économique mondiale. La responsabilité de la banque centrale américaine (Fed) ne saurait être éludée puisqu’elle est responsable de la gestion quantitative des crédits, notamment par la fixation des taux d’intérêt (banque centrale).

James Robertson et d’autres auteurs altermondialistes souhaitent ramener le processus de création monétaire sous le contrôle de l’État et jugent que le système actuel n’est pas aligné « sur des principes de justice économique et sur les réalités de l’ère de l’information, à tel point que la confiance dans la démocratie même en est sérieusement ébranlée ». Et d’ajouter : « Le fait que ces banques commerciales créent toujours ces fonds libellés en devises officielles et que cette création de monnaie génère des bénéfices revenant au privé constitue un anachronisme flagrant ».Il préconise également que les banques centrales soient seules créatrices de monnaie et que la monnaie créée soit affectée aux dépenses publiques. Les banques de second rang n’auraient plus la possibilité de créer de la monnaie par l’emprunt, le tout dans un système contrôlé par une banque centrale mondiale qui « devrait rendre compte aux gouvernements membres ».

 

Le fait que certaines personnes, de nos jours, effectuent des transactions via la monnaie électronique continue d’affirmer que les crypto-monnaies pourraient être les monnaies du futur. Cependant, il faudra un certain temps avant qu’ils trouvent leur place dans le secteur grand public, compte tenu de la vive opposition des régulateurs du monde entier.Même si le monde évolue vers une société sans numéraire, très peu de gens ont une idée de la différence entre les crypto-monnaies et les monnaies fiduciaires.

Qu’est-ce que la monnaie fiduciaire (fiat money en anglais)

 

 

Fiat Money est une sorte de monnaie émise par le gouvernement et réglementée par une autorité centrale telle qu’une banque centrale. Ces monnaies agissent comme une monnaie légale (legal tender en anglais) et ne sont pas nécessairement adossées à une marchandise physique. Au lieu de cela, il est basé sur le crédit de l’économie. Les monnaies Fiat telles que le dollar américain, la livre sterling ou l’euro tirent leur valeur des forces de l’offre et de la demande sur le marché. En raison de l’hyperinflation, ces monnaies risquent toujours de perdre leur valeur, car elles ne sont liées à aucune réserve physique telle que les produits de base. La monnaie de Fiat a été créée vers 1000 après JC en Chine avant de s’étendre à d’autres parties du monde. Initialement, les devises étaient basées sur des matières premières physiques telles que l’or. Ce n’est qu’au XXe siècle que le président Richard Nixon a mis fin à la conversion du dollar américain en or.

Avantages de l’argent Fiat

 

 

Fiat Money a toujours eu cours légal dans la plupart des pays parce qu’ils sont très stables et contrôlés. Contrairement aux autres formes de monnaie, telles que les crypto-monnaies et les monnaies basées sur les matières premières, les monnaies fiduciaires sont relativement stables. La stabilité permet aux régulateurs et aux gouvernements de gérer l’économie contre la récession et l’inflation. La stabilité permet également à la monnaie fiduciaire de constituer un moyen de stocker de la valeur et de faciliter les échanges. Il peut également être utilisé pour fournir un compte numérique. Un contrôle accru permet également aux banques centrales de gérer diverses variables économiques telles que la liquidité, les taux d’intérêt et l’offre de crédit, essentielles pour assurer une économie robuste et stable.

Inconvénients de la monnaie fiduciaire

 

 

Bien que Fiat Money soit considéré comme une monnaie stable, ce n’est pas toujours le cas. Les récessions économiques au fil des ans ont mis en lumière certaines des faiblesses associées à la monnaie fiduciaire. Le fait que le contrôle d’une banque centrale ne soit parfois pas suffisant pour enrayer l’inflation ou la récession a amené la plupart des gens à penser que l’or pourrait être une monnaie très stable compte tenu de son offre illimitée. La notion de contrôle de l’économie par les banques centrales et l’augmentation constante des prix mondiaux créent le besoin de crypto-monnaies.

Qu’est-ce qu’une crypto-monnaie?

 

 

Une crypto-monnaie est une forme de monnaie numérique ou virtuelle pouvant fonctionner comme un moyen d’échange. De nature virtuelle, elles utilisent la technologie de cryptographie pour traiter, sécuriser et vérifier les transactions. Contrairement aux monnaies Fiat, les crypto-monnaies ne sont contrôlées par aucune autorité centrale telle qu’une banque centrale. Au lieu de cela, il s’agit d’entrées limitées dans une base de données telle qu’une chaîne de blocs que personne ne peut modifier ou manipuler, à moins que certaines conditions ne soient remplies. Les crypto-monnaies sont apparues comme un produit secondaire de Satoshi Nakamoto, idée originale de la crypto-monnaie Bitcoin. Nakamoto n’avait pas l’intention de développer une monnaie, mais un système d’argent électronique peer-to-peer (de personne à personne, directement) pour faciliter les transactions sans aucune supervision centrale. L’aspect décentralisé du réseau signifie qu’il n’y a pas de serveur central où les transactions sont hébergées ou contrôlées. Dans un réseau décentralisé comme Bitcoin, toutes les transactions qui se sont déjà déroulées sont affichées à la vue de tous. Chaque fichier de transaction comprend également les clés publiques des expéditeurs et des destinataires.

Avantages des crypto-monnaies:

 

 

Les crypto-monnaies sont disponibles en un clic, dans le monde entier. Toute personne pouvant effectuer un virement en ligne peut également acquérir et posséder une pièce numérique de choix. Bien que le processus reste compliqué, il sera plus facile à l’avenir d’effectuer des transactions et de posséder des crypto-monnaies. Les délais de règlement rapides sont un autre attribut qui continue d’accélérer l’adoption généralisée des monnaies virtuelles. Contrairement aux autres systèmes électroniques de règlement en espèces qui prennent des jours à traiter des transactions, les crypto-monnaies permettent des règlements instantanés. Grâce aux frais de transaction moins élevés, les crypto-monnaies sont devenues un moyen privilégié d’envoyer de l’argent au-delà des frontières. Transférer de l’argent à l’aide d’autres guichets bancaires peut être assez coûteux compte tenu du nombre de frais facturés en cours de route.

La différence entre la monnaie Fiat et la crypto-monnaie

 

 

  • L’argent Fiat (ou monnaie fiduciaire) est la monnaie qu’un gouvernement a déclarée avoir cours légal. La crypto-monnaie n’a pas cours légal et n’est pas soutenue par un gouvernement.

 

Fiat signifie à peu près: « que ce soit fait ». Crypto-monnaie implique « un moyen d’échange décentralisé et numérique régi par la cryptographie ». Les deux sont des monnaies, mais il existe quelques différences notables:

  • La devise de Fiat (monnaie fiduciaire) est une «monnaie légale» adossée à un «gouvernement central». Elle peut prendre la forme de dollars physiques (par exemple, des billets papier de la Réserve fédérale) ou être représentée sous forme électronique, par exemple avec un crédit bancaire. Le gouvernement contrôle l’offre et vous pouvez payer vos taxes avec.
  • La crypto-monnaie n’a pas un «cours légal» et n’est pas soutenue par un gouvernement central ou une banque (elle est décentralisée et globale). Sa forme ressemble plus à un crédit bancaire sans banque (en ce sens qu’elle est représentée numériquement, mais qu’elle n’est ni protégée par une banque ni par un gouvernement). Un algorithme contrôle l’offre et vous ne pouvez pas payer vos taxes avec elle (au lieu de cela, vous devez payer des taxes dessus).
  • Sinon, il n’y a pas de différence intrinsèque. La monnaie fiduciaire et la monnaie cryptée peuvent être appelées monnaie ou monnaie. Elles sont toutes deux des moyens d’échange utilisés pour stocker et transférer de la valeur. Elles peuvent également être utilisées pour acheter des biens et des services. Leur valeur est régie par l’offre, la demande, le travail, la rareté, etc. et d’autres facteurs économiques, dont la valeur dépend de la qualité du système qui l’entoure, peuvent être échangés en bourse, etc.
  • La crypto-monnaie, l’or, un paquet de laine et un dollar sont tous des magasins de valeur et ont tous une valeur d’échange. Certains magasins de valeur comme la laine et l’or ont une valeur d’utilisation, d’autres comme la monnaie fiduciaire et la crypto-monnaie sont censés être uniquement une réserve de valeur et un moyen d’échange.

 

La loi sur les pièces de monnaie de 1965, en particulier l’article 31 des États-Unis d’Amérique. 5103, intitulé «Adjudication légale», qui stipule: «Les pièces et monnaies des États-Unis (y compris les billets de réserve fédéraux et les billets en circulation des banques de réserve fédérales et des banques nationales) ont cours légal pour toutes les dettes, charges publiques, impôts et taxes».

Nous sommes d’accord sur le fait qu’il n’y a pas de différence intrinsèque, car les deux sont appelés argent ou monnaie. Mais ils sont toujours différents simplement en disant que les deux sont utilisés comme moyen d’échange, utilisés pour stocker et transférer de la valeur, pour acheter des biens et des services, et d’autres qu’ils ne peuvent pas être considérés comme identiques.

Rappelons les bases : Certaines choses différencient les deux. Avant de connaître les différences, nous devons savoir ce que sont une monnaie fiduciaire et une crypto-monnaie.

La monnaie fiduciaire ?

 

 

Fiat Money est une offre légale soutenue par le gouvernement et non par une marchandise physique. En termes plus simples, il est physique (papier-monnaie, pièces de monnaie). La valeur de la monnaie Fiat résulte de la relation entre l’offre et la demande plutôt que de la valeur du matériau à partir duquel l’argent est fabriqué.

D’autre part, la crypto-monnaie est une forme de monnaie numérique qui n’a pas de cours légal ni de soutien gouvernemental. Il fonctionne comme un moyen d’échange, stocke une valeur comparable à un registre juridique et est un moyen d’échange numérique décentralisé régi par la cryptographie.

A présent, vous devez avoir compris la plus grande différence entre les deux. Fiat est la devise traditionnelle de votre banque et la crypto-monnaie est la devise numérique. Le plus populaire de tous les Bitcoin, qui a une offre limitée et qui augmente avec le pouvoir d’achat. Avec la monnaie Fiat, personne ne sait combien d’argent est en circulation. Il est plus difficile de suivre.

Maintenant, après avoir constaté des différences significatives entre les deux, signalez-leur des différences notables:

Monnaie fiduciaire par rapport à la Crypto-monnaie

 

  • Fiduciaire : Monnaie physique pouvant être représentée électroniquement et dont l’approvisionnement est contrôlé par le gouvernement et qui permet de payer les taxes.
  • Crypto : Monnaie numérique décentralisée et globale contrôlée par un algorithme; les taxes ne peuvent pas être payées à l’aide de celle-ci, mais le détenteur doit les payer.
  • Fiduciaire : De nature physique, cela signifie que vous pouvez toucher et voir les échanges lorsque des personnes effectuent des transactions financières.
  • Crypto : Pas de nature physique signifie que vous ne pouvez pas y toucher, les morceaux de code publics et privés présentent une crypto-monnaie.
  • Fiduciaire : Publié par le gouvernement et est de nature physique. Vous pouvez voir la personne avec laquelle vous négociez et la devise utilisée.
  • Parfois, l’argent Fiat est échangé numériquement à l’aide de certaines applications telles que Mpesa. Le mode d’échange est complètement numérique. Les cryptocoins sont créés par des ordinateurs et ne sont échangés qu’en ligne.
  • Fiduciaire : Offre illimitée, telle que produite par le gouvernement et pouvant être reproduite si nécessaire.
  • Crypto : Un approvisionnement limité, par exemple, ne peut fournir que 21 millions de Bitcoins.
  • Fiduciaire : La devise de Fiat porte le nom du pays d’origine et se négocie donc à l’intérieur des frontières de son pays. Si vous utilisez la devise d’un pays extérieur, des frais sont facturés.
  • Crypto : Pas besoin de payer des frais transfrontaliers lors de l’envoi et de l’argent d’un pays à l’autre.
  • Fiduciaire : Stocké dans des comptes bancaires, où les individus ne possèdent pas la banque.
  • Crypto : La crypto-monnaie est stockée dans un portefeuille numérique appartenant à une personne.
  • Fiduciaire : Facile à transporter, la monnaie Fiat est physique et occupe de l’espace. Il peut être facilement volé.
  • Crypto : Les crypto sont faciles à transporter et stocker une application sur votre smartphone fonctionne comme un portefeuille pour les stocker.

Avantages des crypto-monnaies par rapport à l’argent Fiat

 

 

Nous avons maintenant compris la différence entre les deux monnaies. Voyons maintenant l’avantage de la crypto-monnaie par rapport à la monnaie Fiat. Avantages des crypto-monnaies par rapport à l’argent Fiat :

Alors que les gens s’intéressent de plus en plus à la monnaie numérique, nous devons savoir ce qui les fait tomber sous le charme d’une monnaie non tangible et sans le soutien du gouvernement.

 

  • La crypto-monnaie est plus sécurisée: contrairement aux paiements effectués par carte de crédit qui peuvent être annulés, les transactions effectuées à l’aide de crypto-monnaie sont irréversibles. Cela protège les utilisateurs des fraudes pouvant survenir entre un acheteur et un vendeur, le tout grâce à un grand livre distribué et à des contrats intelligents. En utilisant ces personnes, vous pouvez échanger des objets de valeur à travers le monde en un clic sans vous soucier des risques ou de la fraude. Seules les personnes autorisées auront accès aux transactions effectuées sur le réseau Blockchain. Cela signifie que les crypto-monnaies sont plus sécurisées et que les utilisateurs peuvent y appliquer diverses mesures de sécurité pour renforcer la sécurité, ce qui n’est pas le cas avec l’argent Fiat.
  • La crypto-monnaie est accessible: contrairement aux comptes bancaires classiques qui peuvent être gelés, le compte de crypto-monnaie ne peut pas être bloqué car il n’est pas soumis à des lois ou réglementations pouvant geler le compte bancaire. De plus, toute personne disposant d’une connexion Internet peut acheter une crypto-monnaie sans avoir à passer par un examen minutieux. Pour effectuer un échange crypto-monnaie, il n’est pas nécessaire d’avoir accès aux moyens d’échange traditionnels.
  • Frais de transaction réduits: les banques facturent des frais de traitement pour effectuer une transaction, tandis que des échanges crypto-monétaires peuvent être effectués sans payer de frais de transaction ni de frais très bas.

 

Chaque technologie a ses mérites ou ses inconvénients, et la crypto-monnaie ne fait pas exception. Vous devez toujours évaluer à la fois les mérites et les démérites pour savoir si la chose mérite d’être examinée ou non. Les crypto-monnaies ont leurs avantages, nous devons les connaître pour décider si elles en valent la peine ou non.

En quoi les crypto monnaies éliminent les sangsues comme les Rothschild et autres banquiers oligarques ?

 

  • Plus besoins de banques centrales, qui sont privées et sous le contrôle total des oligarques. Elles ne font donc plus la politique monétaire à savoir la fixation des taux d’intérêt et les volumes de liquidités dans le marché.
  • Les taux d’intérêt sont donc fixés par le marché c’est à dire par les Peuples.
  • La monnaie en circulation n’est pas gonflée 10 ou 15 fois mais est égale au montant de monnaie gagné par chacun et empruntable par les autres, sans multiplicateur.
  • Les oligarques ne peuvent plus pousser aux déficits budgétaires des États puisqu’ils ne gagneraient rien dessus. Les guerres seront considérablement plus rare voire inexistantes. Et le coût d’emprunt des États va diminuer.
  • Les oligarques n’auront plus de pied sur le ventre des États et des politiques. Plus de levier pour dicter leurs volontés.
  • Les oligarques ne pourront plus se créer de la monnaie gratuitement, qui leur permet depuis plus de 100 ans d’acheter les entreprises du tissu économique mondial. Ils possèdent 70% des entreprises et la moitié des terres mondiales.
  • Éliminés progressivement du contrôle des entreprises, ils ne pourront plus utiliser les migrants pour faire baisser les coûts de production, ni décider des localisations. L’emploi sera sécurisé beaucoup plus.
  • Comme la dette va cesser sa marche folle, l’argent économisé à payer les intérêts va pouvoir être utilisé pour des dépenses sociales et des investissements productifs qui bénéficieront au Peuple et aux travailleurs.
  • La monnaie est sécurisée et les manigances des oligarques disparaissent ainsi que les vols des fraudeurs.
  • La liste des bienfaits des crypto monnaies peut être étendue. Mais c’est tout pour aujourd’hui.

 

Algarath

 

 

 

 

22 visiteurs

3 Commentaires
  • Violette
    Publié à 09:20h, 06 novembre Répondre

    Bel article,bien expliqué,mais,vous ne pensez pas que, pour se débarrasser de tous ces vautours autour de nous , nous devrions revenir au troc , plus de monnaie , plus de voleurs , que des échanges de services ,? Je sais, je sais, je rêve , mais c,est tout ce qu,il me reste. Merci .

    • algarath
      Publié à 09:22h, 06 novembre Répondre

      Bonjour,
      Les crypto monnaies c’est aussi sécher que le troc.
      Algarath

  • algarath
    Publié à 09:26h, 06 novembre Répondre

    Je veux dire aussi sécuritaire que le troc.

Écrire un commentaire