Refus des masses désorganisées de regarder la réalité en face, par ignorance ou par peur

La devise Shadok d’aujourd’hui. Elle dit beaucoup sur l’indifférence des masses désorganisées par rapport à l’avenir assez sombre que la noblesse d’argent, ses élites et les sycophantes leur préparent. La voici inscrite sur ce dessin.

 

Il ne s’agit pas de taper sur les masses désorganisées, bien que ce soit l’existence et l’importance majoritaire de celles-ci qui permet à la noblesse d’argent de prospérer, aux dépends de nous tous. Le fait que ce processus soit soigneusement dosé par les oligarques pour ne pas faire déborder le vase et risquer la tête coupée promenée au bout d’une pique ne les absout pas de leur intention du grand-œuvre qui viendra. En effet seule l’évitement par cette noblesse d’argent du point de non retour, à cause de la pression de nécessité qui déclencherait une révolution, agit pour eux comme une assurance d’immunité.

Les masses désorganisées ne veulent pas regarder où les peuples vont et préfèrent regarder là où on ne va pas. À savoir un monde où tout sera encore supportable et où ils pourront encore consommer, regarder des matchs de foot, picoler et aller encore au soleil sur les plages polluées. Ils ne veulent pas regarder la mainmise accrue des oligarques sur eux et leurs descendants, ne veulent pas non plus se soucier vraiment de la mort lente de la planète qui, rassurez vous va survivre à cette maltraitance continuelle, vu que la race humaine disparaîtra ce qui fera revivre la nature, les fleurs et les abeilles.

C’est sûr que là où on va on verra ce qu’il y a quand on y sera. Et j’aime mieux ça pour vous que pour moi car le peu qui reste de moi servira à revigorer cette terre torturée par la « civilisation ».

Si la réincarnation existe, j’aimerai revenir dans une tribu indienne où je me promènerai sur mon mustang avec une plume dans le cul (pas celui du mustang, le mien). Ce sera cool en espérant que des colons qui deviendront Américains ne nous mettent pas dans des réserves, mouroirs insalubres. Et que leurs descendants fasse chier la terre entière et donnent des leçons du haut de leur obésité méritée.

Algarath

 

0 visiteurs

Aucun commentaire

Écrire un commentaire