Ça Dégueule de Partout dans les Marigots

À l’occasion j’ai un coup de sang, comme vous je présume. Non pas que je découvre soudainement les choses et le monde où on vit, mais le ressort se comprime au début, on ne fait pas attention, on ignore et on s’en fout, et soudain, paf, ça pète et on pousse un coup de gueule.

 

Je m’efforce de parcourir les médias. De lire les titres, de lire certains articles, de visionner certaines vidéos, d’écouter des politiciens baver. Je fais ça pour savoir à peu près comment le marigot évolue. Quand je dis évolue, ça n’évolue pas, ça régresse plutôt mais le tempo de la régression ajoute à mon édification, sa nature m’informe.

Je suis sincèrement effrayé et je ressens des pointes d’écoeurement à la lecture de ces nouvelles. La peine est double : À la fois par l’existence de ces marigots et aussi par la médiocrité de la masse désorganisée qui tolère cette merde. J’ai un respect, une admiration pour ceux qui s’opposent dans la rue, dans les meetings, à l’Assemblée Nationale à cette nullité faite pour nous dominer. Je ne suis pas dans ce jeu là, j’apporte ma pièce à l’édifice avec mon site. Sans lui ma frustration serait intolérable, je ne pourrais le supporter. Ma cure ce sont mes articles, mes analyses et aussi vous, chères lectrices et lecteurs même si pour le moment vous ne pourriez remplir la salle de l’Olympia.

Je sais que la presque totalité d’entre vous auraient pu écrire cet article.

 

Cette identité, que beaucoup d’entre nous avons, explique pourquoi je continue, autrement j’écrirai mes pensées dans un carnet comme Anne Franck, pour moi-même et pour des amis à compter sur les doigts d’une main.

Algarath

 

4 visiteurs

Aucun commentaire

Écrire un commentaire