Il y a ceux qui, d’autres qui, mais aussi certains qui !

Il n’y a aucune fierté particulière à savoir qu’on connaît beaucoup de choses inconnues du grand public. Pourquoi s’en gargariser ?

 

C’est comme dans un zoo. Il y en a qui sont derrière les barreaux, il y en a qui les ont mis derrière les barreaux (ils ne se trouvent pas dans l’enceinte du zoo) et il y en a qui se trouvent devant les barreaux, les visiteurs. Nous sommes ces visiteurs, nous ceux qui cherchons et qui parfois trouvons. Quand nous avons la chance d’avoir fait nos travaux du soir et que nous avons compris suffisamment pour ne pas se trouver coincés derrière les barreaux, nous avons un degré de liberté supérieur aux créatures enfermées dans des cages et qui subissent sans savoir.

Pour ceux qui connaissent l’histoire de la grotte de Platon, il y a ceux qui ne voient la réalité que par des ombres sur le mur, ceux qui sont capables de se retourner et d’entrevoir la vraie réalité. Il y a ceux qui sont en dehors de ce système, ceux qui jouissent de la vraie réalité, les oligarques riches qui ont asservi de façon superbement intelligente le monde et les habitants dominés.

Certains diront que les animaux derrière les barreaux vivent différemment leur sort, Certains ont l’air heureux. Tout comme beaucoup de la masse désorganisée le vivent bien, entre le foot, les séries télé et Hollywood, la mode, le cul, bien qu’ils aient le métro, le boulot et le dodo, la bagnole et qui paient les taxes sans quasiment rechigner.

Par rapport à ça, ceux qui ne sont pas nés avec une cuillère en argent dans la bouche (les rejetons des oligarques / banquiers internationaux / superclasse) et qui arrivent à détourner les yeux du mur de la grotte ont accès à une information privilégiée. Ça ne leur tombera pas tout rôti dans la bouche et il faudra ramer pour arriver à comprendre mes gaillards !

Il y a des reclus derrière les barreaux qui arrivent à s’échapper et hantent les allées des zoos, libres ou quasi. On s’échappe grâce à sa formation à l’école, à l’ascenseur social quand on est assez intelligent pour y monter, grâce à ses efforts pour comprendre le programme source du monde. On s’échappe si on comprend les ressorts de la domination, la finance, les arnaques. Si on lutte au lieu de subir 100% mais qu’on s’arrange des espaces de liberté.

C’est sûr que si on n’a que le foot, la mode, la consommation, les émotions brutes, la télé réalité et Hollywood, la bagnole, on est mal !

 

Pour ceux-là, il faut attendre le naufrage de la vieillesse, Alzheimer, les mouroirs, les cercueils ou le feu salvateur. Pour les autres aussi, sans doute, bien que ! Certains iront peut-être galoper dans les plaines éternelles avec le Grand Manitou. Qui sait !

Il y a les happy few qui sont nés oligarques, pas moi, mais il y a ceux qui paient cash pour être des affranchis, comme ces gladiateurs de Rome. Ce sont aussi des happy few, à voir le lectorat décharné et famélique qui lit ce site et d’autres du même acabit. J’en suis, je le dis humblement. Et je souhaite que vous le soyez aussi, l’êtes devenus, ou le deviendrez. Ça commence un peu ici.

Algarath

 

 

 

1 visiteurs

Aucun commentaire

Écrire un commentaire