La dialectique hégélienne : Problème – Réaction – Solution

Les maîtres du monde, c’est-à-dire les élites mondiales financiarisées et les banquiers chercheurs de rente, ont concocté sur plusieurs générations des stratégies puissantes pour affirmer leur domination sur nous. Il y en a plusieurs, et un article à venir les reprendra ensemble de façon assez détaillée.

 

Cet article-ci traite de la stratégie hégélienne, la triade (triad) comme on l’appelle souvent en anglais, mais les deux termes décrivent la stratégie Problème-Réaction-Solution. Je vais m’employer ici à vous la décrire et l’illustrer, et vous devriez souvent vous interroger si une situation spécifique n’entre pas dans cette catégorie, et avoir le réflexe. Sans toutefois bien sûr mettre cette triade à toutes les sauces et être obsédé.

Cette stratégie, simple au demeurant consiste en 3 phases, avec un intervalle de temps entre elles parfois très long de plusieurs années. Vous devez être conscient que les élites sont infiniment patientes.

1 ère phase : Le problème

 

Les élites dominantes partent de la solution (3èmephase) qui leur convient, qui mènera par exemple à gagner des fortunes supplémentaires et instaurer un gouvernement mondial. Elles anticipent dans le détail quelles seront les réactions des peuples dominés (2èmephase). Il leur reste à créer artificiellement le problème (1èrephase) qui, lui, sera bel et bien réel.

On crée d’abord un problème, une « situation » prévue pour susciter une certaine réaction du public, afin que celui-ci soit lui-même demandeur désespéré des mesures qu’on souhaite impérativement lui faire accepter. Des exemples : laisser se développer la violence urbaine, une occupation d’un lieu public avec dégradations, ou organiser des attentats sanglants, afin que le public soit demandeur de lois sécuritaires au détriment de la liberté. On donne des ordres pour que la police soit débordée et on lui demande d’intervenir a minima, des citoyens armés sont ostracisés suite à des tueries dans les écoles. Pour aider au chaos, on fait intervenir des antifas spécialisés et habitués à ce genre de choses. Daniel Cohn-Bendit a joué ce rôle en Mai 68, (problème), pour évincer De Gaulle (Solution).

Nuit debout est mollement combattue, les grèves s’intensifient, les résidents habitant à proximité des théâtres de révolte sont excédés, les actualités à la télévision montrent des cadres soigneusement choisis pour déguiser la réalité du terrain.

Ou encore: créer une crise économique pour faire accepter comme un mal nécessaire le recul des droits sociaux et le démantèlement des services publics.

À l’heure actuelle, certains problèmes majeurs sont créés. Un des pires est la prédominance du dollar, dont presque tous les pays veulent se séparer (Chine, Russie, couronne asiatique, etc.), et la création de dettes par les gouvernements. En Janvier 1973, grâce à la loi Giscard-Pompidou-Rothschild, on a interdit aux gouvernements de s’endetter auprès de leurs banques centrales (Banque de France par exemple) mais on les a laissés s’endetter lourdement auprès des banques privées. Au lieu de payer un taux d’intérêt proche de zéro, les banques se sont intercalées pendant près d’un demi-siècle comme des sangsues avec un taux bien supérieur. Il faut savoir que sans cette loi la dette actuelle de la France de 2,200 milliards d’Euros ne serait que de 500 milliards !

Un nombre incroyable de sycophantes aux ordres écrivent dans les medias que cette loi n’a rien changé, en se livrant à des dénégations frénétiques. Ils nous prennent pour des billes !

Et les élites, de par leur mainmise sur les gouvernements aux ordres, les ont incitées à créer de la dette souveraine, par exemple pour financer des déficits budgétaires, ou des guerres. Ceci a dégagé dans l’intervalle (50 ans excusez du peu !) des profits pour les banques appartenant aux élites. Mais tel n’était pas le but ultime (solution).

Les medias, aussi bien ceux de grande diffusion que les sites et auteurs alternatifs complices, diffusent ad nauseam le côté des effets que les élites veulent mettre en avant.

Tout ce beau monde crée un chaos (ordo ab chao) qui assouplit le cuir des masses désorganisées.

2èmephase : Réaction

 

Suite à cette hémorragie de dettes devenues insoutenables, les pays ont souhaité ardemment une solution, et ont eu une réaction en demandant une solution. Les gens craignent pour leur famille, pour leurs comptes en banque, pour leurs emplois.

Les élites propagent des nouvelles alarmantes, la bourse va s’écrouler, la crise pire qu’en 1929 va frapper, comme le G20, le FMI, les banques centrales et la BRE l’ont averti à de multiples reprises. La guerre est agitée comme menace. L’austérité, agitée aussi comme une menace et démontrée sciemment avec des exemples comme la Grèce, va faire peur aux masses désorganisées.

 3èmephase : La Solution

 

Pour la dette, la solution miracle qui est en train d’être adoptée ce sont les DTS / SDR. Grâce aux comptes de compensation des SDR, les pays pourront troquer leur dette contre des actifs (aéroports, domaines viticoles, ports, immobilier, loterie nationale, etc.). Ces DTS / SDR seront dans les mains du Fonds Monétaire International et la Banque des Règlements Internationaux, tous deux aux ordres et possédés par les élites.

Qui plus est les élites ont organisées une crise mondiale qui vient, où il n’y aura pas assez de liquidités pour sauver le système monétaire international. Chaos monstre, accaparement des dépôts des comptes en banque, chaos social avec interruption des services quotidiens, etc.

Seul le FMI pourra grâce aux SDR fournir, en les imprimant ex-nihilo, ces SDT / DTS miraculeux.

Le plan des élites

 

Les DTS seront une monnaie mondiale unique, qui va permettre l’instauration dans les 10 à 15 ans d’un gouvernement mondial totalitaire, tel que planifié de très longue date par les élites.

Les pays souverains pourraient traiter le problème tout autrement, en revenant à des monnaies nationales et négociant les modalités de paiement de leurs dettes (allongement des délais de remboursement jusqu’à 100 ans, défauts partiels). Évidemment ça n’est pas le plan des élites. Regardez ce qui se passe en Grèce, sitôt les SDR en application complète fin Septembre 2016 avec l’entrée du Yuan chinois dans le panier des SDR, vous verrez qu’on va traiter le problème de la dette grecque ainsi, comme par miracle.

On peut appliquer la stratégie hégélienne à beaucoup de ce qui se passe en ce moment :

 

  • On se crée un ennemi avec la Russie, on rassure avec l’Otan, et on prend le contrôle des armées européennes, prélude à un gouvernement mondial. On agite le spectre de la guerre, nucléaire (Problème), et c’est l’Otan et les US qui sont proposés (Solution).
  • On envahit les pays du Moyen-Orient, les migrants affluent, les attentats se multiplient,donc les élites prêchent pour un gouvernement mondial et imposent un contrôle accru sur les libertés.
  • On détruit les USA et sa classe moyenneen exportant les industries, on détruit le dollar, et on le remplace ainsi avec une monnaie mondiale, les DTS. Grâce aussi au fait qu’on a aidé la Chine à se créer de la richesse.

 

Évidemment, pour les masses désorganisées, tous ces problèmes qui sont des malédictions ne seront pas attribués aux manipulations des élites. Au contraire, elles se présenteront, avec leurs solutions, comme des sauveurs.

Le tour est joué ! La stratégie Problème – Réactions – Solutiona tenu ses promesses. Les élites sont aux anges, tous ces sites alternatifs pointent du doigt les Etats-Unis. Il est méchant Obama ! Le bonneteau a encore des beaux jours devant lui. Bienvenue au théâtre Kabuki.

Il est certain qu’au niveau des masses désorganisées des gens ordinaires la stratégie hégélienne ne parle pas. Ce n’est que par une prise de conscience réflexe des plus affûtés d’entre nous que les catalyseursque nous sommes peuvent changer la réaction alchimique. Et espérer.

N’oubliez pas la phrase des existentialistes : L’homme a prise sur le réel par l’action. N’ayez pas peur. Gandhiqui fût un lutteur extraordinaire et qui a libéré les Indes (Inde-Pakistan-Bangladesh) de l’empire colonisateur Anglais, a écrit à de multiples reprises dans ses mémoires que le plus grand challenge de sa vie fût de lutter contre ses peurs. Prenez exemple sur ce maître.

Agir, et ne pas céder à la peur : La première chose à faire.

 

Algarath

 

 

 

 

 

 

 

 

1 visiteurs

Aucun commentaire

Écrire un commentaire